Biodiversité : la loutre signe son grand retour en Wallonie

L’animal a été identifié grâce à un cliché capturé, à la mi-février, par un appareil photo automatique installé par le WWF sur un site naturel en bord d’Ourthe, dans la région de Saint-Ode, en province de Luxembourg.

La loutre n’avait plus été aperçue depuis 2 ans. On estime qu’il y aurait à présent entre 5 et 20 individus sur le territoire wallon. C’est un début.

La loutre a déjà fait son retour en Flandre ainsi qu’aux Pays-Bas.

Une identification délicate

2 images
L'image d'une loutre de dos © Copyright WWF

La loutre a été immortalisée de dos sur une image captée par un objectif automatique sanglé sur le tronc d’un arbre situé au cœur d’un site naturel. Il a fallu la soumettre à l’analyse de plusieurs experts pour confirmer formellement l’identification du mustélidé.

"On remarque que c’est une loutre surtout grâce à sa queue épaisse à la base et ensuite très effilée. On remarque aussi qu’en la comparant avec les autres animaux présents dans la zone, elle présente la taille typique d’une loutre. C’est vraiment une observation exceptionnelle", sourit Corentin Rousseau, chargé de missions au WWF.

"La loutre est une espèce parapluie"

"La loutre est une espèce parapluie. Donc si elle est présente c’est tout bon pour la biodiversité", poursuit-il. "Si elle est là, ça veut dire qu’il y a des berges assez sauvages très accueillantes aussi pour de nombreuses espèces comme le castor, le renard, le raton laveur, la libellule dont les larves vont vivre dans l’eau ou pour le martin-pêcheur. Ça veut donc dire qu’il y aura ensuite une masse de poissons importante qui va, de facto, attirer les oiseaux piscivores comme la grande aigrette ou le héron."

Comme le loup et le lynx, la loutre était une espèce indigène. Chassée pour sa fourrure au 19e siècle, cette excellente nageuse avait aussi disparu de nos contrées en raison de la dégradation de la qualité des eaux de rivières.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK