Biodiversité : en Grèce, des flamants roses meurent empoisonnés par les plombs utilisés par les chasseurs

Flamants d'Agios Mamas, dans le nord de la Grèce et Stavros Kalpakis, militant écologiste grec
7 images
Flamants d'Agios Mamas, dans le nord de la Grèce et Stavros Kalpakis, militant écologiste grec - © AFP

Sur une route de campagne surnommée par les habitants "la rue des flamants roses", Stavros Kalpakis marche le long des hauts roseaux d'Agios Mamas, un lagon du nord de la Grèce, tout en regardant dans ses jumelles

Le militant écologiste aux cheveux grisonnants enfile ses bottes imperméables et entre dans l'eau qui lui arrive jusqu'aux genoux.

Quelques minutes plus tard, il en ressort avec un flamant rose inanimé - un parmi des dizaines trouvés morts empoisonnés au plomb ces dernières semaines.

Une cinquantaine de ces volatiles ont péri jusqu'à présent dans ce lagon de Chalcidique, à 580 kilomètres au nord d'Athènes, confie à l'AFP Stavros Kalpakis, directeur de l'association Action pour la faune.

Sur la douzaine de flamants roses récupérés par l'ONG pour être soignés, aucun n'a pu être sauvé.

"Les flamants roses mangent de petits cailloux pour faciliter leur digestion, et ils peuvent ingurgiter à ce moment-là des éclats de cartouches, cela les empoisonne au plomb", explique Ellie Bridgeman, une bénévole anglaise de 20 ans travaillant avec l'association.

Des tests réalisés ont confirmé que la cause de la mort des flamants roses étaient bien un empoisonnement au plomb, note Sofia Prousali, l'une des vétérinaires bénévoles de l'organisation.


A lire aussiLe coronavirus a mis en lumière l'importance du respect de la biodiversité. Mais que font les Etats ?


"Nous avons effectué des examens pour savoir s'il s'agissait de la grippe aviaire ou du virus du Nil occidental et ils sont tous revenus négatifs", poursuit Sofia Prousali.

"Tous les oiseaux qui présentaient des symptômes avaient des plombs dans l'estomac", selon la vétérinaire, qui craint que d'autres oiseaux morts cachés dans la végétation luxuriante n'aient pas été récupérés.

Agios Mamas fait partie du réseau Natura 2000, qui assemblant les sites les plus riches en biodiversité en Europe, et abrite près de 60 espèces d'oiseaux différentes.

Des flamants roses se sont même reproduits ici l'année dernière, une première en Grèce.

Bafouer les réglementations

"Les essais antérieurs avaient échoué, principalement en raison de l'interférence humaine avec les colonies de flamants roses", souligne Anna Panagiotou, chef de l'autorité de gestion des sites protégés dans le golfe de Thermaikos.

"Il serait vraiment décevant qu'une telle évolution positive soit anéantie par l'insistance de certains de nos concitoyens à bafouer les réglementations environnementales", ajoute-t-elle.

Les tirs au plomb dans les zones humides est une pratique illégale en Grèce depuis 2013, et l'Union européenne a annoncé en novembre qu'elle interdirait son utilisation dans toutes les zones humides en vertu de son règlement sur les substances chimiques.

Mais les chasseurs grecs ont toujours recours à des cartouches contenant du plomb, selon les groupes de défense de la nature.

Selon la Commission européenne, chaque année, 4.000 à 5.000 tonnes de plomb sont rejetées dans les zones humides en Europe à cause des cartouches des chasseurs.

L'association de chasse grecque locale affirme cependant que la question est injustement exploitée afin de justifier des restrictions à leur encontre.


A lire aussiBiodiversité : la moule perlière, ce mollusque qui intéresse la Banque européenne d’investissement


"Nous pensons que le cas des flamants roses morts, quelle que soit sa validité, est utilisé à des fins anti-chasse", a déclaré l'association de chasse de Macédoine et de Thrace dans un récent communiqué.

Mais Quentin, un bénévole français de 22 ans, dit avoir entendu à plusieurs reprises des coups de feu dans la région.

"Alors même que la chasse était interdite à cause des restrictions liées à l'épidémie de coronavirus, nous entendions des coups de feu des braconniers. C'est incroyable!".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK