"Bilal a été mon ami, je ne comprends pas ce qui a pu le détruire"

Bilal Hadfi, un des Bruxellois membres du commando des attentats de Paris.
Bilal Hadfi, un des Bruxellois membres du commando des attentats de Paris. - © Facebook

Bilal Hadfi était l'un des kamikazes de Paris. Il s'est fait exploser près du Stade de France. Comme Abaaoud et les frères Abdeslam, il venait de Bruxelles. 

Le jeune homme, qui a grandi dans l'entité de Neder-Over-Heembeek, semblait en tous les cas avoir un avenir prometteur: il est décrit par une de ses anciennes amies comme "bon élève". "J'ai connu Bilal à l’école néerlandophone Karel Buls", raconte Liliane (prénom d'emprunt) à la RTBF. "Je n'étais pas dans sa classe mais je parlais souvent avec lui après les cours dans la classe d'étude. Je crois que j'avais 13 ans. Il était très gentil et souvent là pour moi quand j'en avais besoin. Dans la classe d'étude, c’était le premier à m'aider quand j'avais des difficultés."

Moqué pour sa petite taille

Entre les deux ados, un lien se crée. "A l'école, nous étions un peu amoureux l'un de l'autre. Mais, je ne me voyais pas avec lui. J'ai préféré l'amitié que l'amour. Mais après, nous n'avons plus eu de contact." A l'époque déjà, si Bilal est présent, il se livre peu sur sa famille, ses convictions. Il est aussi un souffre-douleur. "Je me rappelle aussi que les gens se moquait de lui car il était petit. Parfois gentiment et parfois quand même cruellement." Autre élément: à cet âge, "il aimait voir ses amies mais faisait attention à ses fréquentations."

Bilal quitte l'école mais habite toujours Neder. Les deux amis se perdent de vue mais se revoient il y a trois ou quatre dans un parc du quartier. Un moment agréable, tel que le décrit la jeune femme. Et puis, "il devait me rappeler mais il n'avait pas le temps. Plus aucune nouvelle ensuite jusqu'à ce que ma maman m'annonce la nouvelle", celle de sa participation aux attentats de Paris. "Elle l'a appris par mon frère, qui connaissait Bilal." Liliane n'en revient pas. Mais après quelques recherches sur Google, elle doit se rendre à l'évidence : c'est bien son ancien ami.

"J'aurais aimé le raisonner"

"Je suis choquée et triste. J'en ai fais des cauchemars et j'en fais toujours. Je n'arrive toujours pas à le croire", raconte Liliane. "Mon conjoint m'a beaucoup aidé à retenir mes larmes."

Liliane n'arrive toujours pas à comprendre à quel moment a pu se produire le basculement. "Aucune idée. Pour moi, sa vie était bien, sans problème. C'était quelqu'un de confiance. Je ne comprends pas ce qui a pu le détruire à ce point , j'aurais aimé le raisonner à ne pas le faire. Pour moi, il ne ressemble pas à la personne qui a commis cette acte. OK, c'est Bilal. Mais pas le vrai, ce Bilal kamikaze c'est celui que ces personnes ont créé."

Pour Liliane, c'est certain : "Il aurait pu avoir une belle vie. C’était vraiment un garçon génial et à mes yeux, malgré ce qu'il a fait ou voulu faire, il reste le garçon que j'ai connu. Celui qui a fait ça, c'est pas vraiment lui. Il aurait pu aller loin dans la vie, très loin."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK