Bientôt un point de contact pour signaler les fraudes des médecins

Certains médecins surfacturent leurs prestations
Certains médecins surfacturent leurs prestations - © FRANCK FIFE - AFP

L'Inami et les différentes mutuelles du pays planchent actuellement sur la création d'un point de contact pour signaler les dépenses inutiles en matière de soins de santé. Un peu à la manière de ce que fait le SPF Economie pour permettre aux citoyens de déposer plainte contre une arnaque dont ils ont été victimes.

Dans le cas présent, l'idée est d'offrir aux patients et aux médecins la possibilité de signaler via un formulaire en ligne les praticiens ou les hôpitaux qui surfacturent les frais médicaux.

Sont notamment visés : l'obligation de prendre une chambre particulière lors d'une hospitalisation, le paiement de soins au noir, les analyses inutiles en laboratoire... Toutes ces méthodes frauduleuses pourraient ainsi être connues plus rapidement par l'assurance maladie et les mutuelles. À charge de celles-ci de mener l'enquête et de remettre de l'ordre dans ces dépenses.

Economies en vue

Selon plusieurs médias flamands, dont De Morgen, cette plateforme permettrait d'économiser 25 millions d'euros chaque année. A titre de comparaison, l'INAMI a récupéré l'an dernier 11,6 millions d'euros auprès de prestataires de soins qui avaient trop perçu en raison d'erreurs, de surconsommation ou de fraude. 

Le projet s'inscrit dans le plan d'action 2016-2017 mis en place par l'Inami pour renforcer le contrôle des soins de santé. C'est le leitmotiv de Maggie De Block, la ministre de la santé, depuis plusieurs années : "Chaque euro que nous dépensons doit être utilisé à bon escient. Nos concitoyens et les patients ont droit à la meilleure gestion possible de notre budget".

Le concept d'une hotline pour les soins de santé existe déjà aux Pays-Bas. En trois ans, 22 500 cas ont été signalés au "Meldpunt voor verspilling in de zorg". Grâce à ce point de contact, nos voisins hollandais ont pris des mesures pour diminuer les frais inutiles en matière de soins de santé.

L'Absym pas convaincue

L'Absym, principal syndicat de médecins, a dénoncé jeudi dans un communiqué la mise en place d'un "système de clic en ligne" qui "ne fera que mettre à mal la relation entre le médecin et son patient".

Le syndicat a également fustigé l'ingérence des mutualités dans l'organisation des soins. "Un assureur - parce que c'est bien là ce que sont les mutualités - n'a pas le droit d'accéder aux diagnostics posés sur nos patients. La sélection des patients devient alors un réel danger. La mission d'organiser les soins des patients n'incombe pas aux mutualités. Elles vendent des assurances, siègent dans bon nombre de conseils d'administration d'hôpitaux, gèrent des centaines de pharmacies, médiathèques, magasins de soins à domicile et bien plus encore. Si fraude et surconsommation il y a, les mutuelles sont autant concernées que nous.".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK