Bientôt des barèmes pour les congés de maladie?

Pour un cancer du sein : trois mois ? Pour une dépression : un an ? Les médecins belges vont-ils en arriver à devoir se conformer à des durées fixées à l'avance pour prescrire des incapacités de travail ?

Un collège d'experts médicaux planche en ce moment sur le sujet, à la demande de la ministre Maggie de Block. Le projet n'en est qu'à ses tout débuts. 

Infarctus, affection de l'épaule et du poignet, prothèse de genou, anxiété, dépression, mal de dos, épuisement professionnel, cancer du sein : combien de temps d'arrêt de travail pour chacune de ces maladies ?

Le professeur Philippe Mairiaux préside le collège d'experts chargé de répondre: "Le collège va essayer de proposer des recommandations pour aider les praticiens à prescrire de façon plus appropriée les arrêts de travail." 

Frédéric est médecin en région liégeoise. La définition de durées standardisées d'arrêt de travail, pour lui, cela peut être une bonne chose si cela reste indicatif: "Le danger, c'est qu'au départ, ce soit un guide, mais que cela devienne quelque chose qui contraigne soit les patients, soit les médecins."

Il ne devrait pas y avoir de première mouture de ces recommandations avant le mois de mars 2019. L'outil doit tout de même permettre de lutter contre l'augmentation du nombre de malades de longue durée, selon l'aveu de la ministre de la Santé. 

Fin 2017, 400.000 Belges étaient absents du travail depuis plus d'un an.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK