Bernard Wesphael maintient sa version des faits, il n'a pas tué sa femme

Que s'est-il passé dans la chambre du sixième étage de l'hôtel Mondo à Ostende jeudi soir ?

Samedi, le parquet de Bruges a livré les résultats de l'autopsie du corps selon lesquels Véronique Pirotton serait bien décédée de mort violente.

Suite à ces résultats, l'avocat de Bernard Wesphael a rencontré son client, ce dimanche matin à la prison de Bruges. Le député liégeois maintient sa version des faits comme quoi son épouse se serait suicidée en ingérant des médicaments.

Ce dimanche matin, pourtant, les journaux du groupe sud presse annonçaient que Bernard Wesphael avait changé sa version des faits lors d'un interrogatoire samedi après midi. Il aurait admis s'être violemment disputé avec elle ce qui expliquerait les marques sur le corps de son épouse (les journaux parlaient de traces de strangulation et de griffes sur les avant-bras du député). Mais il se serait arrêté avant que cela ne tourne définitivement mal. Il se serait alors couché laissant son épouse seule dans la salle de bain.

L'avocat de Bernard Wesphael, lui, dément formellement que son client ait fait de nouvelles déclarations. Il s'en tient à sa première version des faits, dit-il, celle du suicide.

Une analyse toxicologique est en cours pour vérifier si éventuellement l'absorption d'une forte dose de médicaments est en cause.

Sa fille, Saphia Wesphael, a réagi samedi soir un postant un texte sur son profil Facebook. Elle se dit convaincue de l’innocence de son père et précise : "Cette conviction profonde s'est davantage ancrée en moi cette après-midi, lorsque l'on m'a accordé un droit de visite. Je ne veux pas me livrer à une caricature mélodramatique mais ce fut la discussion la plus bouleversante de toute ma vie. Je n'ai pu lire dans son regard qu'une souffrance démesurable, celle d'un homme en deuil auquel l'existence a arraché sa femme. Celle d'un homme pointé du doigt quant à un événement qui est, et je pèse mes mots, le pire drame de sa vie".

Réagissant à ces propos, l'ex-épouse de Bernard Wesphael, s'est aussi prononcée.

2 images
Bernard Wesphael maintient sa version des faits, il n'a pas tué sa femme © Tous droits réservés

Bernard Wesphael comparaîtra mardi matin en chambre du conseil, à Bruges.

 

RTBF

 

 

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK