Bernard Wesphael: la reconstitution du drame à Ostende a duré 2h30

Bernard Wesphael est arrivé à Ostende sur les lieux du drame en vue de la reconstitution prévue par les enquêteurs. C'est donc une nouvelle étape dans l'instruction du dossier.

La reconstitution a commencé vendredi vers 14h15 et devait donner plus d'informations sur ce qui s'est précisément passé dans la chambre 602 de l'hôtel Mondo. Le parquet avait averti qu'il ne donnerait aucun commentaire sur le déroulement de la reconstitution. Les avocats, tant de Bernard Wesphael que de la partie civile, n'ont pas été plus loquaces. La reconstitution n'a pas causé d'embarras de circulation dans le centre d'Ostende. Seule la rue Léon Spilliaert a été fermée quelques heures. La presse et les curieux ont été tenus à l'écart.

En présence des avocats

Les proches de Véronique Pirotton ont  pris contact avec Philippe Moureau qui défend notamment les intérêts du fils mineur (14 ans) de la victime. Il a eu un entretien jeudi à Bruges avec le juge d'instruction. "Nous nous constituons aujourd'hui parties civiles, de manière à ce que je puisse assister vendredi à la reconstitution", a expliqué Me Moureau. "Il est très important pour mes clients de savoir ce qu'il s'est vraiment passé dans cette chambre d'hôtel la semaine passée. Ils veulent des réponses à leurs questions."

La famille de Véronique Pirotton a déjà émis des doutes quant à la version des faits avancée par Bernard Wesphael. Elle estime qu'il est impossible que Véronique Pirotton se soit suicidée. Ses précédentes tentatives de suicide étaient des appels à l'aide, selon la famille.

Un coup de fil de l'amant de Véronique Pirotton?

Dans une lettre adressée au fils de Véronique Pirotton, celle-ci lui aurait expliqué qu'elle partait à la mer pour prendre un peu de recul sur sa relation avec Bernard Wesphael. Elle disait vouloir entamer une procédure de divorce à son retour.

Par ailleurs, il a également été question d'un coup de fil reçu par Véronique Pirotton le soir du drame; une communication qui aurait provoqué une violente dispute au sein du couple. Selon plusieurs médias, il proviendrait de l'ancien compagnon de l'épouse de Bernard Wesphael.

L'avocat de Bernard Wesphael le confirme: il y a bien eu un coup de fil passé via la réception de l’hôtel à Véronique Pirotton. Il s'agissait de son ancien compagnon. Bernard Wesphael explique qu'il y a bien eu un "énervement" suite a ce coup de fil, mais dans un contexte plus large. Toujours selon ce dernier, Véronique Pirotton aurait fait une crise d'hystérie, comme elle en avait l'habitude de temps en temps. Il l'aurait alors tenue pour la calmer.

Lors de la dernière audition de Bernard Wesphael, la police a présenté l'ancien compagnon de Véronique Pirotton comme étant son amant, explique l'avocat de l'inculpé.

Bernard Wesphael aurait également déclaré que la soirée avait été arrosée, ce qui correspondrait aux résultats des analyses sanguines de la victime. D'après l'avocat Jean-Philippe Mayence, avocat de Bernard Wesphael, Véronique Pirotton avait 3gr d'alcool dans le sang.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK