Bernard-Henri Lévy piégé par un canular

La bourde a été dévoilée par le site internet du Nouvel Obs. On apprend ainsi que dans "De la guerre en philosophie", BHL s'en prend vertement à plusieurs philosophes dont Kant, "ce fou furieux de la pensée, cet enragé du concept".

Pour argumenter sa pensée, il cite à la page 122, un certain Jean-Baptiste Botul qui aurait démontré "au lendemain de la seconde guerre mondiale, dans sa série de conférences aux néokantiens du Paraguay, que leur héros était un faux abstrait, un pur esprit de pure apparence".

Le problème est que derrière Jean-Baptiste Botul se cache un philosophe français et journaliste au Canard Enchaîné, Frédéric Pagès. Un personnage fictif qu'un simple clic sur internet aurait permis de dévoiler. Ce qui n'a pas été le cas et qui met en question les méthodes de travail du philosophe le plus médiatique de France.

Frédéric Pagès "consterné" et "allègre"

Interrogé par Rue89, Frédéric Pagès s'est dit "consterné" et "allègre". "Avec Botul, nous ne cherchons même pas à piéger les gens, c'est juste un auteur collectif. Ce qui est étonnant, c'est qu'il n'ait pas senti qu'il s'agissait d'une fable", a-t-il déclaré à nos confrères.

BHL reconnaît son erreur

De son côté, Bernard-Henri Lévy a reconnu son erreur sur le site de Parismatch.com, affirmant "sêtre laissé piéger et ne pas avoir deviné le canular". Mais il n'en dira pas plus, réservant "lensemble de ses explications à son "Bloc-Notes" dans le prochain numéro du 'Point'". Un numéro dont la parution est prévue ce jeudi.

 

Céline Biourge

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK