100.000 participants à la Belgian Pride Parade 2019, selon la police

Le coup d'envoi de la 24e Belgian Pride a été donné vers 14h30. Et l'évènement se déroule dans une ambiance colorée et festive. Un groupe de 40 personnes, membres de l'association « Reclaim The Pride » ont été écarté par la police alors qu'ils tentaient de bloquer le passage des chars. Ce même groupe de manifestants, ont essayé de se réintroduire dans le cortège. Les policiers ont alors fait usage de gazs lacrymogènes afin de les faire reculer. Ces manifestants protestaient contre la récupération politique de la Pride. « Nous protestons contre le manque d'action politique et l'incertitude dans laquelle vivent encore les personnes LGBTQIA ainsi que les travailleurs du sexe » ont-ils expliqué. Par ailleurs, le char de la N-VA a aussi été hué par d'autres manifestants.

Pour cette année, le record d'affluence pourrait être battu. Les organisateurs attendent, en effet, plus de 100.000 personnes dans les rues de Bruxelles. La Belgian Pride accueille cette année un total de plus de 80 délégations. Les organisateurs s'attendent à battre le record de participation de l'année dernière.

Une thématique particulière

Cette année, le thème mis en évidence est l'intersectionnalité, un concept qui épingle les discriminations dont une personne peut être victime. Et qui n'est pas choisi par hasard, car les trois associations organisatrices de la Belgian Pride, « Arc-en-Ciel Wallonie », « RainbowHouse Brussels » et « Cavaria », veulent souligner que l'identité d'un individu tient à sa couleur de peau, ses orientations sexuelles, son genre, sa religion, son handicap ou son âge. 

« L'intersectionnalité est également une référence évidente aux émeutes de Stonewall en 1969 à New York, il y a juste 50 ans », explique Cyrille Prestianni, président de The Belgian Pride. « Ces incidents avaient marqué le début d'une lutte que la communauté LGBTI+ (Lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, les personnes intersexes et autres) soutient aujourd'hui encore. »

Un événement festif mais aussi revendicatif. « Ce n'est pas que la fête, c'est aussi une manifestation. Mais on fait la fête car c'est le seul jour de l'année où on est totalement libres d'être qui on veut. En Belgique, il y a encore des attaques homophobes, transphobes, lesbophobes et c'est ça que nous voulons dénoncer ! Nous disons aujourd'hui,  'nous sommes là et nous seront toujours là' », ajoute l'organisateur.

Un programme varié

Ce samedi et depuis 12h, plus de 45 organisations tiennent un Pride Village au Mont des Arts. Une Pride Parade Kick-Off se tient dans le village dès 13h45 avec notamment Cesár Sampson, candidat au concours Eurovision de la chanson en 2018.

La traditionnelle parade quittera le Pride Village pour passer par les rues Ravenstein, Arenberg, de l'Écuyer, des Fripiers, du Midi ou du Lombard avant de revenir à son point de départ. L'itinéraire de la Pride sera interdit aux voitures. Les transports publics seront également interrompus entre 12h et 19h dans la rue Ravenstein, et de 14H00 à 19H00 sur le reste de l'itinéraire.

Divers fêtes seront organisées à partir de 17h en clôture de l'événement. Plusieurs mesures de sécurité seront prises pour assurer la sécurité des festivaliers. Des blocs de béton seront posés sur le parcours et des contrôles seront réalisés à l'entrée du Pride Village. Il est conseillé de se soumettre aux fouilles d'usage et de ne pas prendre de sac à dos

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK