Batibouw, un gros investissement pour les exposants mais qui vaut le coup

Batibouw édition 2016 ouvre ses portes aujourd'hui et demain aux professionnels
Batibouw édition 2016 ouvre ses portes aujourd'hui et demain aux professionnels - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

Des cloisons de bois hautes comme deux étages, des tuyaux et des câbles qui courent dans tous les coins, les palais du Heysel, c'est depuis 10 jours le plus grand chantier de construction de Belgique. Et malgré le vacarme et la multitude d'ouvriers qui circulent en tous sens, chacun veut construire le plus beau stand du Salon: "C’est vraiment un grand grand chantier, et ce n’est pas encore terminé, c’est jusqu’au dernier moment. Les visiteurs regardent quand même si le stand est bien soigné. C’est quand même un plus aussi pour l’image de marque de la Société", explique Stéphane Verschueren de la société 3B plastic.

Enjeu commercial

Batibouw représente un enjeu commercial très important. On peut y faire jusqu'à 30% de son chiffre d'affaires annuel. Cela mérite donc bien quelques sacrifices: "On commence à zéro. On monte un stand sur lequel il y a quand même quatre, cinq, six sortes de pierres. Ce sont des longues journées", détaille Jan Devroey, manager des Carrières du Hainaut.

Beaucoup d'énergie mais aussi beaucoup d'argent dépensé. Ce fabricant italien de faux plafonds fait Batibouw pour la première fois. Il a fait venir ses ouvriers d'Italie pour ne rien laisser au hasard. Christian Guerassio, directeur commercial précise que "les ouvriers, l’hôtel, etc, c’est au moins 80 000 euros".

Un gros investissement mais à la mesure de l'enjeu. Il ne reste que quelques heures avant l'arrivée des premiers visiteurs. L’année dernière, ils étaient 300 000.

Le salon sera ouvert au public du 27 février au 6 mars.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK