Bart De Wever a-t-il été diffamé par Pierre Mertens ? Affaire reportée

Pierre Mertens
2 images
Pierre Mertens - © Photo NICOLAS MAETERLINCK/Belga

Ce mardi, la chambre du conseil de Bruxelles a reporté au 13 décembre l’examen de la plainte déposée par Bart De Wever à l'encontre de l'écrivain Pierre Mertens. C’est une plainte pour calomnie et diffamation, parce que le leader de la N-VA n'a pas accepté d'être qualifié de "négationniste" par l’écrivain dans un article publié en 2007 par le quotidien français Le Monde.

En octobre 2007, le bourgmestre d'Anvers, le socialiste Patrick Janssens, a présenté ses excuses pour le zèle des autorités de sa ville dans la déportation de milliers de Juifs en 1942. La responsabilité des autorités communales anversoises dans ces déportation a été mise en évidence dans un rapport du CEGES (Centre d'études et de documentation guerre et sociétés contemporaines). Bart De Wever avait réagi alors en qualifiant les excuses du bourgmestre sp.a de "gratuites" ou inspirées par le seul souci de lutter contre le Vlaams Belang. Bart De Wever, qui est lui-même anversois et historien de formation, expliquait que la ville d’Anvers avait aussi été victime de l’occupation nazie, et fut contrainte de prendre des décisions dans des circonstances difficiles.

Dans un article publié en décembre 2007 dans Le Monde, Pierre Mertens avait qualifié Bart De Wever de "leader résolument négationniste" à la suite de ses déclarations.

Bart De Wever se défend en expliquant qu'il visait uniquement le caractère "tardif" des excuses. Il dément avoir voulu, par ses propos, nier le génocide. Il a porté plainte en janvier 2008 pour calomnie contre Pierre Mertens, qu'il veut traîner devant les assises.

La chambre du conseil du tribunal de première instance de Bruxelles a examiné ce mardi la plainte, afin de savoir s'il y a suffisamment d'éléments pour renvoyer le dossier devant une cour d'assises, compétente en matière de délits de presse, même si ce type de procès est devenu extrêmement rare.

Le parquet estime que l'affaire est prescrite et son réquisitoire conclut au non-lieu. Mais Pierre Mertens et Bart De Wever souhaitent tous les deux un procès. L’écrivain, qui maintient ses accusations, réclame que la plainte du président de la N-VA soit déclarée "non fondée". A défaut, il souhaite lui aussi s'expliquer devant les assises.

La présidente de la chambre du conseil a accepté mardi de reporter l'audience pour permettre aux avocats des deux parties de plaider plus longuement. 

A.L. avec R. Bruneel

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK