Baromètre Covid : malgré les polémiques, 7 Belges sur 10 veulent toujours se faire vacciner

Avez-vous l’intention de vous faire vacciner ? C’est dans les grosses lignes la question qui a été posée à 16.557 Belges dans le quatrième volet du baromètre Covid piloté par lUniversité de Gand, l’UCLouvain et l’ULB en collaboration avec Le Soir et les journaux du groupe Sudpresse. Après avoir été réalisée en décembre, janvier et février, les résultats du mois de mars permettent de constater que les polémiques qui ont gravité autour du vaccin AstraZeneca ont influencé l’envie de se faire injecter le vaccin qui protège contre les formes graves du Sars-CoV-2 pour finalement ramener la motivation au niveau de février.

Ce sont au total 9139 francophones contre 7418 néerlandophones qui ont composé le panel de cette quatrième salve de l’étude sur la motivation à se faire vacciner dans notre pays. "Nous sortons d’un mois de mars pour le moins chaotique en matière de mesures sanitaires", peut-on lire dans la préface de la publication qui dévoile les résultats de l’étude.

Entre Comités de Concertations à répétition, règles tournées et retournées comme des crêpes laissant la population avec une impression de tournis dans un dédale de mesures parfois difficiles à comprendre, le tout saupoudré d’incertitudes autour d’effets secondaires du vaccin AstraZeneca et du lancement de la vaccination jugée trop lente. Tous ces événements ont visiblement pesé sur l’intention vaccinale dans nos frontières, comme l’attestent les résultats de l’enquête qui a balayé tout le mois de mars, demandant au panel à intervalles de dix jours si leur volonté à se faire administrer le sérum était toujours d’actualité, ou pas.


►►► À lire aussi : Baromètre Covid février 2021 : "L’intention de se faire vacciner reste très marquée de manière générale"


Si la volonté certaine ou probable de se faire administrer les doses des vaccins disponibles en Belgique est passée de 55% en décembre à 70% en janvier pour se maintenir à 69% en février, cette motivation a été quelque peu égratignée durant les premières semaines du mois de mars avec une chute de près de 5%, soit un répondant sur vingt qui a changé d’avis durant les vingt premiers jours. Toutefois, une remontée est survenue au cours de dix derniers jours, du 21 au 30 mars, faisant remonter l’intention vaccinale à 68. Cette période correspond à l’avis rendu par l’OMS au sujet du vaccin AstraZeneca, dont les bénéfices l’emportent sur les risques.

Ce sont donc toujours un peu moins de sept Belges sur dix qui comptent passer dans l’un des centres de vaccination quand leur tour sera venu.

5 images
Le rouge représente les personnes qui refusent certainement et probablement la vaccination, en jaune, les hésitants et en vert, ceux qui voudraient certainement et probablement se faire vacciner © Capture d'écran

Les 36-55 ans et les moins diplômés plus réticents

Au-delà de la volonté - ou non - de se faire administrer le sérum, l'enquête analyse aussi le profil des répondants. Selon les résultats, c'est la population la plus âgée, au-delà de 56 ans qui est la plus encline à passer par la case vaccin avec près de huit personnes sur dix (77%) dont la vaccination sera probable ou certaine.

Ce sont ensuite les plus jeunes, âgés entre 18 et 35 ans dont l'intention vaccinale arrive en second avec 68%. Les plus hésitants sont dans la tranche d'âge située entre 36 et 55 ans puisqu'ils ne sont "que" 64% à répondre qu'ils ont l'intention de se faire injecter les doses nécessaires à une protection contre les formes graves du virus.


►►► À lire aussi Vaccination : entre cacophonie, solidarité internationale, et guerre d'influence


Parmi les conclusions de l'étude, on retrouve aussi le niveau de scolarité des personnes qui ont témoigné leur motivation à se faire vacciner. "L'intention vaccinale augmente avec le niveau de scolarité", note le rapport. Ainsi, six personnes dont le diplôme s'arrête à l'enseignement secondaire sur dix (60%) comptent se faire vacciner. Ce chiffre grimpe à 66% pour les détenteurs d'un Bachelier, et à 72% pour les Masters.

Qui joue le plus grand rôle pour convaincre ?

Les personnes interrogées dans le cadre de cette enquête ont aussi répondu à certaines questions sur le degré de compétence et de bienveillance qu'ils accordent aux différents acteurs qui s'illustrent dans la gestion de la pandémie. Ce sont les membres du personnel des soins de santé qui bénéficient de la plus grande confiance de la part de répondants. Les Belges se tournent donc davantage vers leur médecin, pharmacien ou vers le personnel des hôpitaux afin de savoir s'il est judicieux de se faire vacciner ou non.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : le gouvernement fédéral gagne un peu de confiance, selon une étude


Viennent ensuite les experts et les autres personnes vaccinées. En queue de peloton, on retrouve les politiciens comme on peut le voir dans le schéma présenté ci-dessous. La confiance a été mesurée sur base de deux critères : la compétence et la bienveillance des différentes catégories.

5 images
Confiance accordée aux différnets intervenants en matière de vaccins par les répondants du Baromètre Covid © Tous droits réservés

Enfin, le baromètre met au jour une différence notable entre la perception du gouvernement en fonction des régions du pays. Il a été demandé au panel s'ils et elles estimaient que les autorités de notre pays étaient compétentes, qualifiées, responsables, bienveillantes, juste et honnêtes. Sur tous ces critères, peu import la langue parlée, la réponse oscille généralement entre "peu" et "modérément". En d'autres termes, les Belges estiment que les personnes qui sont en charge de la gestion politique de la crise son peu compétentes, peu qualifiées, peu responsable, peu bienveillante, peu juste et peu honnêtes.

Ce jugement tombe comme un couperet sur les différents gouvernement de notre pays et ce sont les francophones qui sont les plus durs avec le monde politique. Comme on peu le voir sur l'illustration présentée ci-dessous, les bâtonnets rouges, qui correspondent aux francophones sont toujours moins hauts que les bâtonnets jaunes, dédiés aux réponses des néerlandophones.

5 images
Confiance des Belges selon la langue parlée © capture d'écran

Conférence de presse sur le coronavirus en Belgique au 30/03/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK