#balancetonporc: la libération de la parole autour du harcèlement sexuel au quotidien

#balancetonporc: la libération de la parole autour du harcèlement sexuel quotidien
#balancetonporc: la libération de la parole autour du harcèlement sexuel quotidien - © Tous droits réservés

Les révélations autour des abus sexuels d'Harvey Weinstein, puissant producteur de film américain, auront permis de libérer la parole à Hollywood. Une onde de choc qui commence à s'étendre au-delà du continent américain : l'actrice française Florence Darel, dans Quotiden, l'émission de Yann Barthès parle d'un problème plus global, où les hommes de pouvoir s'attribuent les femmes comme un trophée, Isabelle Adjani dénonce également un "système de prédation" dans le cinéma français dans une tribune dans le Journal du Dimanche.

Au-delà de ces milieux de pouvoir, les femmes s'expriment maintenant sur les réseaux sociaux, et décrivent le harcèlement sexuel vécu au quotidien, parfois dès le plus jeune âge, via le hashtag #balancetonporc. Après les dénonciations du harcèlement de rue, de plus en plus encouragées afin de mettre en lumière ce phénomène insupportable pour toute femme ayant le malheur de porter une robe dans la rue, cette "initiative" illustre un changement sociétal qui prend de plus en plus forme : celui du courage des femmes, mais aussi des hommes, à parler du harcèlement sexuel, car elles et ils se sentent enfin entendu.e.s.

Un hashtag qui peut être aussi perçu comme un déballage public malsain, voire diffamatoire. Mais en y regardant bien, une majorité des tweets ne citent nommément aucune personne, et appellent surtout à une meilleure éducation autour du phénomène, où c'est souvent la victime qui est pointée du doigt, plutôt que le.a harceleur.euse.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK