Daniel Bacquelaine: "La pension à mi-temps sera possible au plus tard en janvier 2020"

Le gouvernement fédéral entend continuer à avancer sur sa réforme des pensions. Nouveau volet avec un texte que devrait déposer le ministre fédéral MR Daniel Bacquelaine dans les prochaines semaines sur la table du gouvernement : de quoi instaurer la possibilité d'une pension à mi-temps d'ici le 1er janvier 2020 au plus tard. Une réforme qu'il développait ce matin dans les titres Sudpresse ce samedi matin et qu'il nous a expliquée cet après-midi.

Le ministre dit avoir voulu répondre aux souhaits de certains dans la fonction publique et du côté des travailleurs salariés - les indépendants ont, eux, un autre système de pensions. La philosophie de la mesure est simple : pour les travailleurs à partir de 60 ans, entrant dans les conditions d'une pension anticipée, certains auraient aimé continuer encore un peu mais sans se sentir encore capables de continuer à travailler à temps plein. L'idée : ils continueraient à travailler à mi-temps, en touchant la moitié de leur salaire, mais aussi nouveauté la moitié de leur pension. Daniel Bacquelaine : "Cela permet au travailleur de rester actif pour partie, mais aussi de passer de manière progressive de la période de travail à la période de pension, et pouvoir notamment peut-être s'occuper davantage de leurs petits-enfants, d'un hobby, ou d'activités autres culturelles ou sportives plutôt que de continuer à travailler à temps plein".     

 Avec un double avantage : comme on travaille, on continue à se constituer des droits supplémentaires pour la pension complète. Chaque année comptera pour une demi. On travaille mais de manière plus légère avec au final une pension plus élevée. "Quand ils prendront leur pension complète et définitive, à ce moment-là ils auront une pension plus élevée que s'ils étaient partis simplement à la pension anticipée.   

Le ministre table sur un vote avant la fin de législature pour permettre une entrée en vigueur au plus tard en janvier 2020. Si l'opposition ne fait pas obstruction, "cela pourrait même aller plus vite, avec une entrée en vigueur en juillet 2019", envisage même M. Bacquelaine. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK