Avignon: des artistes belges inquiets manifestent sur scène

Fabrice Murgia, entouré par les artistes à Avignon
Fabrice Murgia, entouré par les artistes à Avignon - © RTBF

Au festival d'Avignon, c'était la première hier soir du dernier spectacle du jeune prodige liégeois Fabrice Murgia : "Notre peur de n'être". Et, fait assez remarquable, à la fin du spectacle, tous les comédiens et metteurs en scène belges présents à Avignon sont entrés et ont entouré le metteur en scène pour manifester leurs inquiétudes relatives au statut d'artiste dans la société.

Un grand soir de première: ils sont plus de cent à attendre derrière la porte. Ils entendent les derniers mots du spectacle, les applaudissements nourris du public, les artistes qui saluent, et Fabrice Murgia qui prend la parole.

La salle ne bouge pas, les comédiens de la troupe sont debout. Les artistes font alors leur entrée en silence, et entourent Fabrice Murgia: symboliquement, intermittents français, artistes belges au statut précaire, s’unissent. "Pendant une fraction e seconde, il y a une espèce d’unité, de prise de conscience, de solidarité", dit l'une d'entre eux.

"Nous sommes des super chômeurs", "l'art c'est du temps et la société doit nous en laisser pour créer", "nous ne sommes pas ces profiteurs infâmes" sont leurs slogans... Pour cet autre artiste, son choix de vie est logique: "Je me sens tout le temps en danger. Je vis dans ma caravane, et ce n'est pas qu'un choix esthétique, mais c'est parce que je choisis de faire mon métier à tout prix".

La salle est debout, et la solidarité compète. Le message est également lancé à la nouvelle ministre de la Culture en Communauté française, Joëlle Milquet, mais aussi à tous les citoyens.

WF, avec F. Baré

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK