Aventurier du fossile perdu, le belge Christophe Hendrickx découvre en Allemagne un dinosaure pourvu d'écailles sensorielles

La vie de paléontologue n’a rien d’un long fleuve tranquille, Christophe Hendrickx en sait quelque chose, lui qui a 37 ans parcourt le monde à la recherche de fossiles de dinosaures. Afrique du Sud, Argentine, Portugal, il a roulé sa bosse un peu partout sans jamais exercer son métier en Belgique.

 

Globe-trotter dans l’âme, il ne s’en formalise pas du tout. " C’est un mythe de penser que les paléontologues ne travaillent que là où ils se trouvent. Je me retrouve à travailler sur un dinosaure trouvé en Allemagne, en vivant en Argentine et je collabore avec un Australien. Mais en raison de la crise sanitaire mondiale, je n’ai pas encore pu commencer à fouiller en Argentine ! "

 

 

Juravenator, un dinosaure grand comme un poulet capable de détecter ses proies grâce à des écailles sensorielles

Juste avant le confinement, il est appelé en Allemagne pour expertiser le squelette d’un petit dinosaure surnommé Juravenator. Il fait alors une découverte peu ordinaire avec son collègue australien Phill Bell. Il nous raconte : Je me suis retrouvé devant un dinosaure complet avec des restes de peau fossilisées, ce qui est encore plus rare. J’étais muni d’un microscope que j’emmène toujours avec moi. Intrigué, j’ai décidé de prendre des photos de cette peau fossilisée et de les envoyer à mon collègue australien Phill Bell, spécialiste des écailles de dinosaures. Et là, bingo. Il a observé des anneaux circulaires sur un grand nombre d’écailles. C’est tout-à-fait inédit chez les dinosaures. Il s’agit d’organes sensoriels similaires à ceux qu’on retrouve au niveau des écailles de nos crocodiles actuels ".

De la taille d’un poulet, Juravenator a vécu en Allemagne, il y a 155 millions d'années. Son environnement de l’époque n’a rien à voir avec celui d’aujourd’hui. Il était constitué de lagons peu profonds et de petites îles baignant sous un climat tropical. Christophe Hendrickx explique : " Grâce à ses écailles sensorielles, il détectait les mouvements dans l’eau et il pouvait attraper des proies qui nageaient à cinq ou dix mètres de lui. Ce dinosaure devait immerger sa queue pour détecter ses proies. "

Six ans plus tôt, Christophe identifiait le torvosaure, le plus grand dinosaure carnivore d'Europe

Ce jeune paléontologue belge n’en est pas à sa première découverte. Loin de là. En 2014, il identifie le Torvosaure à partir d’une mâchoire et d’une dent retrouvées lors de fouilles au Portugal. Torvosaure mesurait dix mètres de long et pesait quatre à cinq tonnes. C’est le plus grand dinosaure prédateur d'Europe jamais retrouvé. Bien avant T-rex, il y a 150 millions d'années, Torvosaure semait la terreur et n'hésitait pas à s'attaquer à bien plus grand que lui. Pas de quoi susciter notre sympathie mais assez pour faire rêver un paléontologue comme Christophe.

 

Il était 'dinomaniaque' dès l'âge de cinq ans

" J’ai découvert les dinosaures à l’âge de cinq ans, en regardant les images d’un magazine National Geographic trouvé dans la bibliothèque de mes parents. Je suis rentré dans une véritable Dinomania. Quand j’ai fait mes études de géologie à l’Université de Liège, je n’attendais qu’une chose, pouvoir réaliser un mémoire sur les dinosaures. C’est ce que j’ai pu faire en travaillant avec comme directeur de mémoire, Eric Buffeteau, un paléontologue français renommé. "

 Il réalise, ensuite, un master en paléobiologie à l’Université de Bristol. Enfin, il décroche un doctorat à l’Université Novel de Lisbonne. Après un post-doctorat de trois ans à Johannesburg . il s’installe à San Miguel et Tucuman en Argentine. Son projet de recherche actuel porte sur la dentition des cynodontes, les ancêtres des mammifères. Christophe insiste : " Je n’ai pas arrêté de travailler sur les dinosaures mais j’ai simplement agrandi ma sphère d’intérêt. Nous, les hommes avons pour ancêtres ,les cynodontes. Il s’agissait de mammifères de petite taille, semblables aux blaireaux actuels mais ils avaient une dentition de chien. "

L'Argentine, la terre des plus vieux dinosaures du monde

Christophe espère toujours pouvoir commencer des fouilles en Argentine, considérée par beaucoup comme l’Eden des paléontologues. En particulier, la vallée de la lune au sud de l’Argentine est réputée abriter les plus vieux dinosaures à avoir foulé le sol terrestre. Ils remontent à 235 millions d’années. Christophe n’est pas au bout de ses découvertes. Ce jeune père d’une petite fille d’un an, a hâte de décrocher son chapeau d’Indiana Jones du vestiaire pour repartir à l’aventure.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK