Avec un peu d'aide matérielle, Piotr et Léa accomplissent d'incroyables exploits

CAP 48 a déjà les yeux rivés sur l'année 2018. Parmi les projets financés cette année, il y aura des clubs qui travaillent pour rendre le sport accessible aux personnes handicapées. Des athlètes parfois qui sont aussi soutenus dans leur intégration par la ligue handisport, partenaire de CAP48.

Voici le portrait de deux jeunes sportifs prometteurs et dont le sport assure l'épanouissement.

Piotr Van Montagu a 28 ans. Suite à une malformation de naissance, il vit sans bras. Son sport, il le pratique à Braine l'alleud depuis 6 mois. Une discipline inaccessible à première vue qui demande force, coordination et précision: le tir à l'arc.

Un plastron a été conçu spécialement pour lui, qui lui permet de tenir l'arc avec la jambe et de viser et décocher avec son visage.

Pour les compétitions officielles, le siège sur lequel il est assis ne peut toutefois avoir de dossier. Il doit donc avec son entraîneur de trouver l'équilibre et des améliorations en accord avec le règlement sportif.

Mais Piotr est agile et a également beaucoup d'ambition: avec l'entraînement il veut encore s'améliorer.

 

3 images
Léa, née paralysée des jambes fait du 100 et 200m en fauteuil © Laurent Van de Berg

Une recordwoman en chaise roulante

S'entrainer encore et encore: pour Léa, paralysée des jambes, c'est devenu une obsession depuis 2011. A tel point qu'elle vient de battre le record de Belgique sur 200m. Quitte à avoir les bras brûlants.

Un entraînement dur, qu'elle partage avec des sportifs "valides" qui font preuve de solidarité: pour acheter une chaise de compétition à Léa, le club organise une récolte de fond. Objectif: rassembler 12 000 euros.

Léa sur 100 et 200m, Piotr au tir à l'arc, tous les deux ont un but: rallier Tokyo en 2020.

Tous les deux ont du potentiel mais surtout une volonté de rendre leurs rêves possibles, peu importe le handicap.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK