Avec le télétravail, la fatigue visuelle augmente : que faire pour y remédier ?

Vous arrivez tout doucement au bout de votre journée de (télé) travail, vous n’avez plus que quelques mails à lire, quelques lignes à écrire mais vos yeux vous lâchent. Votre vue se trouble, vous avez du mal à faire la mise au point. C’est ce qu’on appelle la fatigue visuelle.

Avec la généralisation du télétravail, les heures passées devant un écran, y compris en réunion, se multiplient, et avec elles, ce genre de plainte. “Il y a effectivement plus de fatigue visuelle, c’est un phénomène que l’on observe dans toutes les catégories d’âge”, confirme Vincent Qin, ophtalmologue à Sainte-Elisabeth (CHU UCL Namur).  “C’est l’accommodation qui est perturbée. L’accommodation, c’est le fait de contracter de manière involontaire son cristallin, la lentille à l’intérieur de l’œil, pour focaliser et mettre au point pour voir de près.

Il y a effectivement plus de fatigue visuelle, c’est un phénomène que l’on observe dans toutes les catégories d’âge.

Au fur et à mesure de la journée, l’accommodation se fait moins bien, la lentille a tendance à se défocaliser pour reprendre sa forme normale, à savoir la forme qui permet de voir de loin. La vision de près est donc plus difficile.

Plus de fatigue en fin de journée

"L’accommodation est d’une part moins efficace au fur et à mesure de la journée et, d’autre part, elle diminue aussi avec l’âge, poursuit l’ophtalmologue. On appelle ça la presbytie. A partir de 38-40 ans, on devient prépresbyte, et à partir de 42-45 ans, on devient presbyte. A cet âge-là, souvent, on n’accommode plus bien, l’élasticité du cristallin est moins bonne, et du coup, on a besoin de lunettes de lecture.

Des lunettes : une bonne idée ?

Pour la fatigue visuelle de fin de journée, le docteur Qin conseille d’une part de maximiser la lumière, à la fois de votre écran, et de votre bureau (lumière ambiante), et d’autre part de porter des lunettes pour travailler. “Quand cette fatigue est régulière et qu’elle affecte la personne dans sa vie quotidienne, je conseille des lunettes avec une légère correction de + 0,50 de dioptrie. Cela permet de ‘désolliciter’ l’accommodation, et du coup de diminuer la fatigue visuelle.

Jean-François Van Assche, opticien à Bruxelles, n’est pas de cet avis. Il a pourtant tout intérêt à vendre des paires de lunettes supplémentaires. “Des lunettes avec une correction minimale pour lutter contre la fatigue, ça me gêne. C’est une manière de se rassurer mais c’est illogique. Ça risque de vous propulser trop vite dans une dépendance à la correction alors que ce n’est pas nécessaire."

Une bonne position et des pauses régulières

S’il n’y a pas de réel trouble de vue, le premier conseil de l’opticien, c’est de modifier ses conditions de travail. “Une paire de lunettes de repos ne servira à rien si les conditions ne sont pas bonnes.” A commencer par la position de travail : la colonne verticale doit être bien droite, avec les vertèbres de la nuque alignées avec le dos, les jambes pliées doivent former un angle droit et les bras doivent arriver naturellement à fleur du bureau. Dans cette position, les yeux doivent tomber sur le haut de l’écran, pour ne pas avoir à faire d’effort au niveau de la nuque. “Une mauvaise position peut provoquer des tensions et du stress au niveau des yeux, et donc de la fatigue oculaire.

Jean-François Van Assche conseille également de faire des pauses de deux minutes toutes les demi-heures, pour détacher son regard de l’écran et regarder au loin.

Une lumière adaptée

Au niveau de la lumière, lui conseille plutôt un équilibre entre la lumière ambiante et celle de l’ordinateur. “Il est aussi préférable de travailler avec la lumière du jour, et avec une source de lumière qui ne viennent pas de face ou de côté.

Si cela ne suffit pas à améliorer la situation, un examen par un opticien et/ou un ophtalmologue (selon les cas) pourra éventuellement apporter des solutions. “Il n’y a pas de solution universelle, précise encore Jean-François Van Assche. Cela dépend de votre âge, de votre passé, du fait que vous bénéficiez déjà d’une correction ou pas…

Les lunettes anti-lumière bleue : rien à avoir

Quant aux lunettes censées filtrer la lumière bleue de nos écrans, elles ne sont d’aucune utilité en cas de fatigue visuelle. “Cela n’a rien à voir, elles sont destinées à diminuer le risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), qui est une maladie dégénérative de la rétine qui donne une vision aveugle à terme. Ces lunettes font l’objet de polémiques mais je pense qu’il y a à présent un consensus pour dire qu’elles ont une efficacité très légère, plutôt après 40 ans.

Télétravail: JT 26/10/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK