Avec #JeSuisUneVictime, la parole sur les violences sexuelles se libère une nouvelle fois sur Twitter

Avec #JeSuisUneVictime, la parole sur les violences sexuelles se libère une nouvelle fois sur Twitter
Avec #JeSuisUneVictime, la parole sur les violences sexuelles se libère une nouvelle fois sur Twitter - © EMMA FOSTER - BELGAIMAGE

Dans le sillage de la cérémonie des César le 29 février à Paris, ou des manifestations féministes avaient eu lieu aux abords de l’événement sous l’impulsion du collectif #noustoutes, et ou des professionnels du cinéma s’étaient montrés choqués face à la récompense reçue par Roman Polanski pour le film "J’accuse" lors de la cérémonie.

Les violences sexuelles commises envers les femmes et les hommes sont présentes, à différents degrés, dans tous les pays du monde et connaissent depuis 2007 un retentissement important sur les réseaux sociaux comme Twitter avec différentes vagues ou des internautes partagent les témoignages, souvent durs, crus mais libératoires.

 

Depuis la fameuse cérémonie de César, de nouveaux témoignages ne cessent de se multiplier sous le hashtag #JeSuisUneVictime. On peut y lire plusieurs centaines de messages parmi les milliers rassemblés sous ce label qui racontent des agressions, viols, ou calvaires endurés par des femmes et des hommes.

L’actrice Andréa Le Bescond, réalisatrice du film "Les Chatouilles" : "J’avais 9 ans, il me disait que j’aimais ça et que j’étais douée. Il l’a fait dans mon lit, ma salle de bains, sa voiture, les vestiaires de l’athlé, la chambre de ses fils qui dormaient à côté de moi. C’était furtif mais ce sont les plus longs instants de ma vie."

Le hashtag a un tel succès que la police française a rappelé, qu’outre le témoignage sur les réseaux sociaux, seul le fait de déposer plainte pouvait réellement être utile pour les victimes.

Depuis 2007

#Metoo, le hashtag a été lancé en 2007 par Tarana Burke, une femme activiste américaine et relancée en 2017 par l’actrice américaine Alyssa Milano. Révoltée par l’affaire Weinstein, elle a voulu inciter les femmes victimes d’abus sexuels à diffuser ce mot-dièse : #MeToo (Moi aussi).

L’appel a été entendu. Initié aux Etats-Unis, le mouvement a pris une ampleur sans précédent. Après #MyHarveyWeinstein et #Balancetonporc, le hashtag #MeToo est le premier à réellement revêtir une portée mondiale. Le terme s’était alors rapidement retrouvé dans le top des tendances Twitter en Belgique, en Norvège, en Israël, en Colombie, au Liban ou encore en Australie. Comme pour #Balancetonporc ou des milliers de femmes partagent leur expérience de harcèlement sexuel.

Retour sur une 45ème cérémonie des César sous le feu des critiques (29/02/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK