Aux USA, on peut posséder des armes... mais ces trois choses inoffensives sont mal vues

Des oeufs Kinder Surprise commercialisés par Ferrero.
Des oeufs Kinder Surprise commercialisés par Ferrero. - © Flickr - Comrade King - CC BY-SA 2.0

Le site gunviolence.org dénombre pas moins de 11 716 morts par balles aux Etats-Unis pour 2017... et l'année n'est pas encore finie. Après la fusillade qui a fait des dizaines de morts dimanche soir à Las Vegas, le débat sur la vente et le port d'armes est relancé dans le pays. Mais la Maison-Blanche refuse de mettre la question sur la table dans l'immédiat.

Aux États-Unis, on peut donc acheter librement des armes, c'est inscrit dans la Constitution. Paradoxalement, d'autres objets sont interdits à la vente ou ont fait l'objet de critiques. Plutôt étonnant puisque dans la plupart des cas ils sont - a priori - inoffensifs. Tour d'horizon.

>>> À lire aussi : Après la fusillade, les pro-armes se font entendre dans les rues de Las Vegas

Le Kinder Surprise

C'est le cas le plus célèbre des produits interdits à la vente sur le sol américain. Les douanes des Etats-Unis rappellent régulièrement l'interdiction d'introduire des Kinder Surprise dans le pays. La faute à une loi de 1938 qui interdit de vendre des confiseries contenant des objets non comestibles. Mais des oeufs circulent sous le manteau et certains tentent d'en ramener de leur voyage à l'étranger, comme en témoigne cette histoire racontée par la radio NPR.

Signalons au passage que Ferrero a récemment annoncé l'arrivée de ses célèbres oeufs dès 2018 aux Etats-Unis. Mais le jouet et le chocolat seront vendus dans deux emballages séparés.

La galette des rois

Le problème est le même que pour le Kinder Surprise : la fève est un élément non comestible introduit dans la galette. La FDA, l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux, n'a pas formellement interdit la vente de galettes des rois. Mais certains commerçants ont décidé de rester prudents en vendant la fève et la patisserie séparément.

"La chaîne Maison Kayser ne met ainsi pas de fève directement dans les gâteaux vendus aux Etats-Unis", rapportait Slate.fr en 2015. Citant un article du Wall Street journal, le site internet raconte que Maison Keyser "avait testé quelques galettes avec fève, et que certains clients mal informés s'étaient demandés: 'C'est quoi ce truc dans mon gâteau?'"

Le Petit chaperon rouge (en Californie)

C'est une campagne lancée par Moms Demand Action, une association qui milite pour faire changer les mentalité en matière d'armes à feu aux Etats-Unis. En 2013, elle diffuse des affiches sur le thème "un de ces enfants tient dans ses mains quelque chose qui, dans le but de le protéger, est interdit en Amérique".

Sur l'illustration ci-dessous, l'enfant de gauche montre le conte du Petit Chaperon Rouge. L'ouvrage a en effet été décrié par le passé dans plusieurs écoles américaines.

Mais quelques précisions, apportées par le site politifact.com, s'imposent tout de même. Le Petit Chaperon rouge a été interdit en 1990 dans deux écoles de Californie. "L'interdiction a depuis été supprimée", précise Politifact qui ajoute que deux autres cas ont été relevé en Floride en 1990 et 1991. "Dans ces deux derniers cas, les parents et les professeurs ont remis le livre en question, mais la direction n'a pas décidé de l'interdire."

Cette polémique autour du Petit Chaperon Rouge illustre le puritanisme d'une frange de la société américaine. Ce qui posait problème aux parents et aux professeurs? Le fait que, dans la version présentée aux élèves, la grand-mère boive du vin au point de se sentir "forte et en bonne santé". La dépêche de l'agence Associated Press évoquant cette histoire se trouve notamment dans un journal local de l'époque (disponible en cliquant ici).

Le point sur les armes aux Etats-Unis, dans VEWS du 3 octobre 2017

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK