Autonomie ou hyper-protection des enfants: êtes-vous des "parents drones"?

Autonomie ou hyper-protection des enfants: êtes-vous des "parents drones"?
3 images
Autonomie ou hyper-protection des enfants: êtes-vous des "parents drones"? - © SAMUEL KUBANI - BELGAIMAGE

Il a suffi d’une génération pour que des actions aussi anodines et naturelles qu’aller à l’école, seul ou à vélo, faire des courses non accompagné ou entreprendre de longs trajets en transports en commun, soient frappées d'interdiction. Pourquoi des parents qui pouvaient tout faire il y a 20 ans, deviennent-ils des «big brothers» de la vie domestique? C’est la question à laquelle tente de répondre une enquête du site Slate.fr.

"A 6 ans, je sortais chaque jour acheter le pain, très tôt le matin. J'ai commencé à aller seule à l'école vers 7 ans…. Et je rentrais également seule à la maison –avec ma clé autour du cou– pour le rester jusqu'au retour de mes parents ". On pourrait ajouter que l’on restait dans la rue jusqu’à 20 heures sans encourir la colère des parents, que l’on enfourchait son vélo sans craindre pour notre vie. Et aussi que nos parents le vivaient très bien. Malheureusement, pour avoir connu cette expérience, il faut déjà appartenir à la classe des plus 50 ans aujourd’hui. Que s'est-il donc passé?

La journaliste Nadi Daam qui signe l’enquête de Slate rapporte cette anecdote : "Aujourd'hui, quand je demande à ma fille de 8 ans ce qu'elle voudrait faire quand elle sera grande, elle répond: ‘je veux être en sixième pour aller toute seule au collège’". Le rêve le plus fau n’est plus de devenir pompier ou pilote de course, mais de bénéficier d’une certaine autonomie.

En 1919, un jeune de 8 ans pouvait parcourir, seul, 10 km

Que s'est-il passé, en à peine une génération, se demande cette jeune mère de famille " qui a pourtant bénéficié d'une large liberté enfant et qui , considère aujourd'hui que l'extérieur est forcément hostile à (sa) progéniture ".

Ce phénomène de limitation du champ d’exploration de l’enfant a été expliqué par William Burd, un médecin britannique qui a étudié les déplacement des enfants au long de quatre générations. En 1919, un jeune de 8 ans pouvait se déplacer seul jusqu’à plus de 10 km (6 milles). En 1950, cela se réduisait déjà à un rayon de 2 km. En 1979, la limite était de 1 km. Aujourd’hui, l’autonomie ne peut plus s’exprimer que jusqu’au coin de la propre.

Parents "drones" et "hélicoptères"

Aux États-Unis, les parents qui vivent en permanence dans le contrôle de leurs enfants sont appelés Parents hélicoptères et visent un but précis: " tirer le meilleur de leur enfant en ayant des exigences très élevées pour leur avenir. "

S’y ajouteraient aujourd’hui les parents drones qui "planent au-dessus dans leur enfant dans le but de les protéger d'un ennemi extérieur. " La journaliste évoque notamment les vêtements connectés avec capteurs GPS qui transforment nos enfants en balises. Et c’est pour les mêmes raisons que les enfants reçoivent un GSM dès 11 ans. Tout cela avec l’assentiment de la société. La preuve: En Floride, une mère a été arrêtée parce qu'elle avait autorisé sa fille de 7 ans à jouer seule au square situé à 1,5km de son domicile.

Un sondage montre que pour 5% des personnes interrogées, cette mère indigne devrait faire de la prison et 12% que la garde des enfants doit leur être retirée. L’article de Slate mentionne même une étude montrant que 68% des Américains voudraient une loi interdisant aux enfants de 9 ans de jouer au square sans la présence d'un adulte.

Prendre le métro à 9 ans? Bourreau d'enfant

Une journaliste américaine qui avait autorisé son fils de 9 ans à prendre le métro seul a été qualifiée de "pire mère des Etats-Unis".

Paradoxe est que, quoi qu’on en dise, le monde extérieur n'a jamais été aussi sûr pour nos enfants. "Bien plus qu'à l'époque où nous sortions acheter notre le pain tout seul." démontre l’article, chiffres à l’appui. Mères au travail désirant "compenser" et "adultification" de l’Enfant participent au même phénomène.

RTBF

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK