Bonbonnes de gaz à Porte de Hal: le conducteur est remis en liberté

Le véhicule après l’intervention des démineurs.
Le véhicule après l’intervention des démineurs. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

La personne qui a été arrêtée hier à Porte de Halle, à Saint-Gilles, dans une camionnette avec deux bonbonnes de gaz (dont une vide) a été remise en liberté ce vendredi en début d'après-midi. D'après les informations disponibles, aucun élément susceptible de justifier une mise à l'instruction ou la délivrance d'un mandat d'arrêt n'a été découvert. L'information judiciaire suit son cours.

Une camionnette avec des bonbonnes de gaz

Ce jeudi, un périmètre de sécurité a été établi porte de Hal à Bruxelles. Une petite camionnette blanche a été arrêtée, la police de Saint-Gilles ayant remarqué des bonbonnes de gaz à l'intérieur du véhicule.

Aucun dispositif de détonation n'a pourtant été découvert dans le véhicule contrôlé. Et l’une des deux bonbonnes de gaz était vide. Par les temps qui courent, comme l'expliquait le chef de la zone de police Midi, les forces de l’ordre n’ont voulu prendre aucun risque. Non seulement parce que l'individu qui transportait les bonbonnes ne voulait pas coopérer, mais aussi compte tenu du profil de cet individu, connu de la justice.

Cet homme de 27 ans est fiché. Il a voyagé vers la Syrie et a été condamné l’année dernière à 5 ans de prison avec sursis pour participation aux activités d’un groupe terroristes. Ce procès avait été médiatisé à l’époque car il impliquait une filière de recrutement de djihadistes. Dans un communiqué, le parquet de Bruxelles confirme que "le conducteur du véhicule, M.A., est connu de la Justice pour avoir été condamné en 2016 par la Cour d'appel de Bruxelles à cinq ans d'emprisonnement pour avoir participé à l'activité d'un groupe terroriste."

Des bonbonnes à "usage domestique"

Le parquet a également indiqué que "compte tenu du profil de l'intéressé ainsi que du contexte de son arrestation, le parquet de Bruxelles a ouvert une information judiciaire et procède actuellement à toutes les vérifications et devoirs utiles afin d'être rassuré quant à son mobile. Ce dernier explique que les bonbonnes de gaz étaient destinées à un usage domestique. Les premiers éléments d'enquête confirment cette explication. D'autres vérifications sont par contre toujours en cours."

Un contexte de vigilance

Les policiers avaient donc en face d’eux une personne condamnée pour terrorisme et qui ne coopérait pas. Tout cela est à placer dans un contexte où les autorités réclament de la vigilance. Le niveau de la menace est toujours considéré comme élevé. On se souvient aussi à Paris, de cette voiture remplie de bonbonnes abandonnée par des candidates au djihad l’automne dernier.

Jeudi soir, les policiers n’ont voulu prendre aucun risque. Il s’agissait de mesures de précaution. Et il est beaucoup trop tôt pour parler d’intention criminelle. Les bonbonnes étaient peut-être tout simplement destinées à un usage domestique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir