Au Salon Marjolaine, limiter les déchets est un combat qui se mène aussi dans la salle de bain

Au Salon Marjolaine, limiter les déchets est un combat qui se mène aussi dans la salle de bain
Au Salon Marjolaine, limiter les déchets est un combat qui se mène aussi dans la salle de bain - © STEPHANE DE SAKUTIN - AFP

Chaque année à Paris se déroule le Salon Marjolaine, le plus grand marché bio de France. Au total, ce sont plus de 74.000 visiteurs qui arpentent les allées durant 10 jours pour découvrir les produits proposés par 550 exposants. Et cette année, les produits réutilisables ou durables ont la cote.

Parmi les exposants, on retrouve l’entreprise Les savons de Joya qui propose des produits plus respectueux de l’environnement et conçu pour produire le moins de déchets possible. Si certains de ces produits peuvent parfois sembler plus chers, ils sont aussi utilisables plus longtemps, comme l’explique Léah Vaz, saisonnière pour la marque. "Par exemple, le dentifrice, il coûte 11 euros. Donc on se dit 'oui, c’est cher', sauf qu’il dure six mois donc ça fait 2 euros par mois donc c’est à peu près le même prix qu’un dentifrice qu’on utilise de supermarché ou de grande surface. C’est le même prix, sauf que là, il est naturel donc il y a aucun produit négatif dedans".

Camille, rénovatrice d’intérieur et visiteuse du salon, semble conquise par ce genre de produits à la fois respectueux de la nature et plus durables. "Je viens d’acheter des petits cotons réutilisables. Cela permet, plutôt que d’avoir des cotons et des déchets etc., d’avoir ces petits cotons tout doux comme ça, à la place des cotons que l’on jette", explique-t-elle. "C’est lavable en machine, c’est top. Moins de déchets dans la salle de bain".

En parcourant les différents stands, on peut ainsi tomber sur de nombreux exemples de produits conçus pour moins polluer, à l’image des serviettes hygiéniques réutilisables. "C’est un produit réutilisable qui est fait avec une couche en coton bio, un tissu en coton bio naturel avec à l’intérieur des membranes absorbantes, également en coton bio", précise la vendeuse Eve Kirfel. "Et au dos, ce qui est très intéressant, c’est un textile imperméable mais respirant, ce qui fait qu’il n’y a pas de problème de macération, de mauvaises odeurs, le corps respire et on est beaucoup plus confortable et en fait quand on se change, tout simplement on les lave à la main ou en machine, avec le reste du linge".

C’est déjà la 44e édition de ce rendez-vous incontournable des acteurs de l’agriculture biologique, de l’écologie, du développement durable et du bien-être au naturel. Celui-ci fermera ses portes le 11 novembre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK