"Au 3° top, il sera..."

RTBF
RTBF - © RTBF

Parmi les services dont on est tout surpris d'apprendre qu'ils existent encore, il y a l'horloge parlante. Même si on se doute bien que la dame qui donne l'heure 24 heures sur 24 ne le fait pas en direct, il est étonnant de savoir que non seulement ce service existe encore, mais que Belgacom n'envisage pas de l'arrêter. .

Tout simplement parce qu'il est encore très utilisé : chaque jour, pas loin de 3.000 personnes appellent sa version francophones, et un peu moins sa version néerlandophone.

Julie est une "voix": on l'entend dans différentes publicités. Ainsi que dans Matière Grise, où elle commente les reportages. C'est elle, aussi, la voix francophone de l'horloge parlante. Ca s'est passé tout simplement : elle a passé un casting et a été choisie. Elle se dit plutôt "flattée d'avoir été choisie pour incarner un tel symbole". D'autant plus que ça lui a coûté, tout au plus, une grosse heure de travail: elle n'a pas enregistré toutes les combinaisons horaires possibles, juste les heures, les minutes et les secondes. L'ordinateur où les fichiers vocaux ont été placés se chargera de combiner tout ça.

Si elle a été choisie, c'est parce que sa voix est à la fois neutre et chaude. Et parce qu'elle a bien respecté les intonations: il faut monter le ton sur les minutes et le redescendre sur les secondes. "C'est du théâtre", explique-t-elle. Du théâtre bien minuté : le tout doit tenir dans les sept secondes entre les tops.

Julie a enregistré sa voix il y a déjà dix ans. Et elle a bon espoir de pouvoir s'entendre encore longtemps puisque la voix précédente a égréné les secondes pendant 30 ans. Julie a ses fans : Jean-Luc Outers lui consacre quelques lignes dans son roman "Le bureau de l'heure"'. Même si on n'est pas sûrs qu'il pensait vraiment à elle quand il les a écrites...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK