Les déclarations d'Abrini sur Abdeslam l'ont été "au conditionnel", affirme son avocat

Salah Abdeslam aurait-il été plus qu'un pion au sein des cellules terroristes des attentats de Paris et de Bruxelles ? Mohamed Abrini le laisse entendre.
Salah Abdeslam aurait-il été plus qu'un pion au sein des cellules terroristes des attentats de Paris et de Bruxelles ? Mohamed Abrini le laisse entendre. - © KENZO TRIBOUILLARD - AFP

Salah Abdeslam a eu un rôle bien plus important dans les attentats à Paris et à Bruxelles qu'il ne le laisse entendre, selon des extraits des premières auditions de Mohamed Abrini après son arrestation en avril dernier et qu'a pu consulter VTM Nieuws. Celui qui a reconnu être "l'homme au chapeau", impliqué dans l'attaque à Brussels Airport le 22 mars dernier, est suspecté d'avoir participé aux préparatifs des attentats du 13 novembre à Paris.

Mohamed Abrini a ainsi été filmé en compagnie de Salah Abdeslam dans une station-service française en direction de Paris le 11 novembre. Il se trouvait au volant d'une voiture qui sera utilisée par les terroristes deux jours plus tard. Après les attentats à Paris, Mohamed Abrini et Salah Abdeslam se sont cachés à différentes adresses, où ils ont notamment côtoyé les terroristes qui ont perpétré les attaques du 22 mars.

"Ce que je sais de Salah c'est que..."

Arrêté le 8 avril, Mohamed Abrini a affirmé, lors de sa première audition, que son compagnon de cavale avait joué un rôle très important dans les préparatifs du 13 novembre. "Ce que je sais de Salah, c'est qu'il est allé chercher presque toutes les personnes impliquées dans les attentats de Paris et qui venaient de Syrie. Je sais que Salah allait chercher ces gens et les déposait dans les planques. Je le sais, car j'ai dormi avec eux dans les appartements et j'y ai appris beaucoup de choses."

Il apparaît à nouveau, à l'écoute des extraits de cette audition, que les cellules terroristes des attentats de Paris et de Bruxelles faisaient partie d'un même grand réseau. Des figures-clés des deux attaques sont ainsi passées par les adresses où Salah Abdeslam a déposé des individus qu'il était allé chercher.

Remis aux autorités françaises, mais pas "dans l'immédiat"

Arrêté en Belgique le 8 avril, Mohamed Abrini est soupçonné d'avoir joué un rôle de premier plan à la fois dans les attentats de Bruxelles et dans la préparation de ceux du 13 novembre 2015 à Paris.

Soumis à un mandat d'arrêt européen, il sera remis aux autorités françaises, mais pas "dans l'immédiat", a précisé la justice belge.

Interpellé le 18 mars en Belgique après une cavale de quatre mois, Salah Abdeslam a quant à lui été transféré en France le 27 avril et inculpé pour assassinats à caractère terroriste.

Depuis, il est incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis, près de Paris, et a exercé son droit au silence devant les juges d'instruction français.

L'avocat d'Abrini dénonce une nouvelle violation du secret de l'instruction

Les déclarations de Mohamed Abrini "concernant d'autres inculpés dans ce dossier l’ont toutes été au conditionnel et constituent autant d’hypothèses que seule l’instruction sera à même de pouvoir confirmer ou infirmer", a précisé Stanislas Eskenazi, l'avocat de l'inculpé. Celui-ci déplore ces nouvelles révélations et dénonce une violation du secret de l'instruction.

Ladite instruction est "diligentée dans l’intérêt de toutes les parties au procès et son secret constitue donc une protection des intérêts de tous. Il n’existe pas de secret de l’instruction à géométrie variable en fonction de la gravité des faits faisant l’objet de l’instruction. On ne peut tolérer aucune transgression", fait savoir Maître Eskenazi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK