Attentats du 13 novembre: hommage national aux victimes à Paris, sans Macron

Un hommage national est rendu mardi aux victimes des attaques du 13 novembre 2015 qui ont visé Paris et une ville voisine, avec un cortège qui relie les six lieux des attentats djihadistes les plus meurtriers commis en France.

Ce soir-là, neuf hommes avaient attaqué en plusieurs points la capitale française et Saint-Denis, aux abords du Stade de France, à des terrasses de restaurants et dans la salle de concerts du Bataclan, faisant 130 morts et plus de 350 blessés.

Cérémonie hommage et cortège

Le Premier ministre français Edouard Philippe, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, accompagnés par la maire de Paris Anne Hidalgo ainsi que des élus locaux ont assisté vers 9h à une première cérémonie au Stade de France, où trois premiers djihadistes s'étaient fait exploser, tuant une personne et faisant des dizaines de blessés. La famille du défunt, Manuel Diaz, était présente.

Un cortège doit ensuite rallier les terrasses des bars et des restaurants parisiens visées par les fusillades, où 39 personnes ont trouvé la mort.

Le parcours s'achèvera devant le Bataclan, une salle de concert de l'est parisien, où 90 personnes ont été assassinées.

Médaille aux victimes, sans Macron

Cette journée sera clôturée par la remise officielle d'une "médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme", créée en juillet 2016, à des victimes des attentats de novembre, à l'hôtel Matignon, la résidence du Premier ministre.

Pour la première fois, le président de la République n'assiste pas à la cérémonie. En 2017, Emmanuel Macron, élu quelques mois auparavant, et son prédécesseur François Hollande avaient tous deux rendu hommage aux victimes des attentats en empruntant ce même parcours.

Le maire de Londres Sadiq Khan assistait également aux cérémonies pour "témoigner de l'amitié très forte qui lie leurs deux villes et de leur solidarité mutuelle face au terrorisme", souligne-t-on à la Ville de Paris, la capitale anglaise ayant été touchée elle aussi par plusieurs attentats en 2017 et 2018.

Nouvelle échéance: le procès

Certaines victimes attendent désormais le déroulement du procès, qui pourrait avoir lieu en 2020. Malgré l'absence probable des commanditaires, le box des accusés réunira des membres de la cellule qui ont participé à la préparation des attaques et l'unique membre des commandos encore en vie, Salah Abdeslam, actuellement détenu à Fleury-Mérogis, au sud de Paris.

Il avait déposé les trois kamikazes du Stade de France le soir des attaques avant d'abandonner une ceinture explosive, laissant penser qu'il devait lui aussi effectuer une attaque-suicide.

Joëlle Milquet était, elle, l'invitée de Matin Première, à propos de l'aide aux victimes d'attentats

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK