Attentat déjoué en France: le suspect en lien avec la Belgique était "signalé pour audition"

Clement Baur et Mahiedine Merabet, les deux suspects auraient des liens avec la Belgique
Clement Baur et Mahiedine Merabet, les deux suspects auraient des liens avec la Belgique - © HANDOUT - AFP

Cinq jours avant le premier tour de l'élection présidentielle française, les services de sécurité ont déjoué un projet d'attentat.
Deux hommes ont été arrêtés à Marseille. Deux hommes connus pour leur radicalisation. Et l'un des deux a des liens avec la Belgique.

C'est le procureur de la République de Paris, François Molins, qui l'a annoncé lors de sa conférence de presse hier soir. Le plus jeune des suspects, Clément Baur, 22 ans , avait des liens avec une cellule djihadiste belge, sans doute celle de Verviers. Il aurait été radicalisé à l'âge de 14 ans par un prédicateur tchétchène. Cet homme aurait aussi tenté de gagner la Syrie, sans succès.

Il est arrêté en 2015 en France et passe quatre mois en prison, pour usurpation d'identité. Selon le Parisien, le jeune homme est d'ailleurs écroué sous le nom d'Ismaïl Djadrailov, un faux nom à consonance tchétchène qu'il utilise sur internet. Il possédait d'ailleurs une carte d'identité à ce nom.

C'est là qu'il aurait rencontré l'autre suspect, Mahiedine Merabet, 29 ans. A sa sortie de prison, il se dirige vers la Belgique et s'installe à Verviers mais les autorités belges l'ont rapidement dans le viseur.
Le parquet fédéral indique que Clément Baur était "signalé pour audition": il devait donc être entendu par la justice.

Mais en fin 2015, le suspect disparaît des écrans de radars. Selon nos informations, il pourrait s'être rendu en Allemagne. Rien n'indique avec certitude qu'il se serait rendu en Syrie, avait indiqué le parquet français.

Les deux hommes étaient prêts passer à l'action

En tout cas, les deux hommes se préparaient à procéder à "une action violente, de manière imminente sur le territoire français, sans qu'on puisse déterminer avec précision le jour, la ou les cibles visée(s)" a déclaré le procureur de Paris François Molins. 

Des policiers ont saisi trois kilos de TATP, un explosif artisanal prisé par les djihadistes, une grenade artisanale, plusieurs armes à feu, dont un pistolet-mitrailleur, des sacs de munitions et un drapeau de l'organisation Etat islamique (EI) dans l'appartement occupé par les deux hommes à Marseille.

Les responsables de la sécurité de plusieurs candidats à la présidentielle avaient été prévenus la semaine dernière de la dangerosité des deux hommes.

Le parquet fédéral, un juge d'instruction spécialisé en terrorisme de Liège et la police judiciaire fédérale de Liège ont activement collaboré ces derniers jours avec les autorités judiciaires françaises à la recherche de Clement Baur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir