Attendre 2 heures avant de se baigner après un repas : fantasme ou conseil judicieux ?

Joies de la baignade à Hanovre, en Allemagne, en juin 2019
2 images
Joies de la baignade à Hanovre, en Allemagne, en juin 2019 - © HAUKE-CHRISTIAN DITTRICH - AFP

Après chaque pique-nique à la plage, c’est la même litanie du parent envers son enfant : "attends au moins une heure avant d’aller jouer dans l’eau". Une recommandation valable aussi bien pour les enfants que pour les adultes et qui perdure de génération en génération. Mais, ce conseil se justifie-t-il, ou est-ce de l’ordre du fantasme ?

Philippe Robert est médecin généraliste. "Oui, il faut faire preuve de prudence et privilégier un délai d’une heure au moins, mais attendre deux ou trois heures n’est pas indispensable", affirme-t-il.

En effet, retourner trop vite se baigner ou jouer dans l’eau après un repas peut avoir des conséquences sur notre santé.

Des risques multiples pour notre corps

Se baigner équivaut à faire du sport, et donc, par définition, un effort physique. Et faire du sport après avoir mangé est dans tous les cas très mauvais. Les risques pour la santé de se baigner après un repas sont les mêmes, comme l’explique le médecin : "Il ne viendrait pas à l’idée, par exemple, d’aller courir après avoir ingurgité un repas. Pourquoi ? Car, pendant que nous mangeons, il y a un appel du tube digestif. Ce tube digestif est également sollicité après le repas, au moment de la digestion. Si on produit un effort physique, alors que nous digérons, il y a un risque de perturber le travail de l’intestin, et de l’estomac. Cela entraînera donc des vomissements chez la personne."

Plonger dans la grande bleue ou aller faire des jeux d’eau sous un soleil de plomb peut aussi avoir d’autres conséquences néfastes. La différence entre la température de l’eau, généralement plus froide, et la température de l’air, généralement élevée quand on est dans les pays chauds, peut provoquer ce que les médecins appellent un phénomène d’hydrocution.

L’hydrocution est le résultat d’un choc thermique. L’été, sur la plage ou au bord de la piscine, les vaisseaux sanguins se dilatent et le cœur bat rapidement pour faire refroidir la température corporelle. "Or, comme le précise Philippe Robert, pénétrer dans une eau froide va réduire le diamètre de nos artères, entraîner une altération du rythme cardiaque, et provoquer des maux de tête ou des étourdissements. Les personnes sujettes à ce choc thermique sont celles qui ne sont justement pas habituées à des changements brusques de température. Ce sont donc surtout elles qui doivent faire attention avant d’aller dans l’eau. Dans les cas les plus graves, l’hydrocution peut aussi provoquer une perte de connaissance chez la personne, voire la mort subite."

Quelques recommandations basiques pour des vacances sans soucis

Veiller à rester au frais après avoir mangé serait recommandé, et le délai de digestion passé, de retourner se baigner.

Philippe Robert conseille également de se mouiller le visage, le cou, et les autres parties du corps, ainsi que de descendre de manière progressive dans l’eau. "Enfin, alcool et activité physique quelle qu’elle soit ne font pas bon ménage. Il faut donc éviter de consommer de l’alcool au repas si vous vous apprêtez à faire le grand plongeon. Il est aussi important de souligner que la consommation d’alcool augmente les risques de dilatation des vaisseaux sanguins et donc de subir une hydrocution" assure Philippe Robert.

Lors des fortes chaleurs, l’alcool monte plus rapidement au cerveau. Les risques d’évanouissement et de noyade sont donc aussi plus importants.

Faire preuve de prudence est donc de mise si l’envie de retrouver les joies de la baignade vous chatouille trop fort. Toutefois, attendre un petit délai d’une heure devrait vous éviter quelques soucis de santé durant votre séjour.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK