Attaque au couteau de militaires à Bruxelles: l'auteur absent de son quartier depuis quatre mois

En plus du couteau, le Belge d'origine Somalienne auteur de l'attaque contre des militaires vendredi soir portait également une arme à feu factice sur lui et deux livres du Coran, a communiqué ce samedi matin le parquet fédéral.

"L’homme s’est précipité dans le dos des militaires et les a frappé avec un couteau, en criant " Allahu Akbar", explique le communiqué. S’en est suivi une altercation au cours de laquelle un des militaires a ouvert le feu. L'assaillant a été touché à deux reprises et est décédé peu après, à l’hôpital, des suites de ses blessures.

On a alors constaté que l’homme était aussi en possession d’une arme à feu factice et de deux livres du Coran.

L'auteur est né en 1987 et est de nationalité belge, d’origine somalienne. Il est arrivé en Belgique en 2004 et a obtenu la nationalité belge en 2015. Il n’était pas connu pour des faits de terrorisme, mais bien pour un fait de coups et blessures en février 2017.


Une perquisition a été effectuée à son domicile à Bruges dans le courant de la nuit, mais le parquet fédéral ne veut pas donner plus de détail à ce sujet pour le bon déroulé de l'enquête.

Contacté par notre journaliste Sébastien Georis, le bourgmestre de Bruges, Renaat Landuyt, précise que l'homme "n'était pas spécialement connu, excepté qu'il a eu des problèmes psychologiques. Mais pas dans le sens qu'il était dangereux, il n'était pas connu comme un extrémiste."

Ne donnant pas plus de précisions sur la nature de ces problèmes psychologiques, le bourgmestre assure que l'enquête judiciaire suit son cours.

Selon le voisinage, le trentenaire se comportait normalement. Il n'avait plus été vu dans son quartier depuis quatre mois.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK