Attaque à la voiture-bélier à Londres: l'auteur présumé avait un "message politique"

La police scientifique inspecte la voiture-bélier utilisée pour foncer sur le Parlement le 14 août dernier.
La police scientifique inspecte la voiture-bélier utilisée pour foncer sur le Parlement le 14 août dernier. - © DANIEL LEAL-OLIVAS - AFP

L'auteur présumé de l'attentat à la voiture-bélier ayant fait trois blessés devant le parlement à Londres le 14 août dernier voulait vraisemblablement "faire passer un message politique", a affirmé ce lundi un procureur lors d'une comparution de ce Britannique de 29 ans devant la justice.

Accusé d'avoir précipité son véhicule sur des cyclistes et des policiers, mardi dernier près du Parlement de Westminster, Salih Khater, un homme d'origine soudanaise habitant à Birmingham, a été inculpé samedi de "tentative de meurtre".

Ce lundi, il a comparu brièvement devant le tribunal de Westminster, à Londres. Vêtu d'un tee-shirt gris et d'un pantalon blanc, le jeune homme a confirmé son nom, sa date de naissance, sa nationalité et son lieu de résidence, et la juge Emma Arbuthnot a ordonné son maintien en détention provisoire.

Revenant sur les faits, le procureur Samuel Main a expliqué que Salih Khater, au volant de son véhicule, avait délibérément "accéléré" en direction d'un groupe de cyclistes, avant de se diriger vers des agents de police qui gardaient le bâtiment du parlement. L'attaque avait été précédée d'une "courte mais intense phase de reconnaissance", a poursuivi le magistrat, selon qui rien dans les éléments recueillis au cours de l'enquête ne permet de soutenir les thèses d'une avarie mécanique, d'un problème médical ou d'une tentative de suicide.

Une "attaque délibérément calculée", selon le procureur

Le choix du lieu et des cibles suggère en outre que "l'accusé souhaitait faire passer un message politique", a-t-il estimé, soulignant que le ministère public considérait l'affaire comme relevant du "terrorisme". Salih Khater comparaîtra à nouveau devant la justice le 31 août.

Cette attaque présente de nombreuses similitudes avec celle perpétrée en mars 2017 par Khalid Masood, un Britannique converti à l'islam, qui avait fait cinq morts et des dizaines de blessés. Khalid Masood avait percuté des passants avec son véhicule avant de poignarder mortellement un policier devant le parlement, un attentat revendiqué par le groupe djihadiste Etat islamique.

Sujet du JT 19h30 de mardi dernier:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK