Astreinte pour une société qui refuse de retirer des moules contaminées et nie

Prins & Dingemanse refuse de retirer du commerce des moules contaminées
Prins & Dingemanse refuse de retirer du commerce des moules contaminées - © PHILIPPE HUGUEN (AFP)

Le fournisseur de moules Prins & Dingemanse doit mieux mettre en garde les consommateurs. L'agence alimentaire néerlandaise (Nederlandse Voedsel- en Warenautoriteit - NVWA) a ainsi imposé une astreinte de 80 000 euros à l'entreprise car celle-ci refuse de retirer des moules contaminées du commerce.

C'est ce qu'a indiqué mardi la NVWA.

Les faits avaient été mis au jour la semaine dernière lorsqu'une centaine de résidents d'une maison de soins en Belgique avaient été malades après avoir consommé des moules provenant d'Irlande. L'entreprise avait refusé de communiquer la quantité de moules ayant pu être contaminées et où celles-ci avaient été livrées.

Aux Pays-Bas, aucun cas de personnes malades après avoir ingéré des moules irlandaises n'a toutefois été constaté.

La société a pour obligation d'informer ses clients sur la présence de mollusques potentiellement dangereux et doit tout mettre en oeuvre pour les retirer du commerce, précise l'agence alimentaire. Si l'entreprise refuse de collaborer, elle devra payer l'astreinte de 80 000 euros. Prins & Dingemanse s'exposera alors à une nouvelle astreinte, encore plus élevée.

Prins & Dingemanse réagit

L'entreprise Prins & Dingemanse, basée à Yerseke (Zélande), veut que l'agence alimentaire néerlandaise (NVWA) rectifie son annonce indiquant que la société a mis sur le marché des moules contaminées, a déclaré mercredi son directeur Anton von Oost.

Selon lui, la NVWA a déjà promis de corriger le message mardi soir, ce qu'un porte-parole de l'agence alimentaire nie.

La NVWA a infligé au fournisseur une astreinte de 80.000 euros car il refuse de fournir des informations sur une partie des moules contaminées. Le directeur nie que les moules proviennent de Prins & Dingemanse.

Selon le directeur Van Oost, "quelqu'un a trafiqué un lot de moules. Ces moules ne sont pas de chez nous. La NVWA doit rectifier son message".

L'agence alimentaire n'est pas de cet avis. L'astreinte restera d'application jusqu'à ce que Prins & Dingemanse fasse la lumière sur cette affaire. "La santé du consommateur passe avant tout", commente le porte-parole de l'agence.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK