Assises: il survit à un harpon dans le crâne

RTBF
RTBF - © RTBF

C'est un procès particulier qui a débuté ce matin devant la Cour d'assises de Bruxelles. Les débats doivent durer une semaine. Une épouse et son amant, décidés à supprimer le mari, ont tenté de l'assassiner avec un harpon. Le harpon s'est bien fiché dans le crâne du mari. Mais ce dernier n'en est pas mort.

Etrange réveil pour Eric cette après-midi là. Comme tous les dimanches, il s'était assoupi pour sa sieste. Mais au milieu de celle-ci, il est réveillé en sursaut par une violente douleur à la tête. Lorsqu'il ouvre les yeux, il est étendu au pied de son canapé. Debout, en face de lui, un ami proche, Alain. Mais surtout, il ne sait plus bouger le côté gauche de son corps. Et puis, il y a ce mal de crâne, intense. La panique l'envahit, son ami le rassure.

"Qu'est ce qu'il se passe?" crie Alain. "Ne t'inquiète pas", lui souffle Eric. "On a appelé les secours. Reste étendu. Tu veux une cigarette?"

A leur entrée dans l'appartement d'Evere, les ambulanciers n'en croient pas leurs yeux. La victime gît sur le sol, une longue tige de métal d'1 mètre 40 enfoncée dans le crâne. C'est une flèche de harpon pour la pêche sous-marine. Elle a pénétré la tête d'Eric par la tempe gauche. Elle en ressort par le côté droit. L'homme est là, conscient, paralysé du côté gauche mais vivant. Les ambulanciers n'en croient pas leurs yeux. Une blessure pareille est, croyaient-ils en tout cas, mortelle en toutes circonstances. Comment cet homme a-t-il pu survivre à ses blessures ?

Les enquêteurs, eux, se poseront une autre question: d'où vient cette flèche de harpon ? Comme toujours dans ces cas là, les proches sont les premiers suspects. D'autant qu'aux côtés de la victime, à l'arrivée des secours, il y avait Muriel, son épouse et Alain, ce fameux ami. Peut-être les policiers pensent-ils déjà à un triangle amoureux. Des amants qui éliminent un mari ou un compagnon trop gênant pour vivre leur amour... Et il ne faudra que 15 jours aux enquêteurs pour faire avouer  le couple illégitime.

Plusieurs essais infructueux

Au terme d'interrogatoires serrés, les deux amants reconnaîtront leur liaison. Mais surtout, Muriel et Alain admettront qu'ils n'étaient pas à leur coup d'essai. Par deux fois, ils avaient tenté d'injecter de l'air dans les veines du compagnon trompé. Ils voulaient provoquer une embolie. Devant l'échec de cette tactique, ils avaient même demandé au fils de Muriel de leur procurer une arme à feu. Avant d'oublier ce projet jugé trop bruyant.

Alors ce dimanche là, après que Muriel ait drogué Eric, Alain est arrivé avec son harpon. Il l'avait acheté quelques jours plus tôt. Il s'était même entraîné dans son garage. Et comme ces tirs d'essais sur une planche de bois avaient émoussé la flèche, Eric avait décidé d'en aiguiser la pointe. Il venait sans doute, sans le savoir, de sauver la vie de son "ami". Selon les médecins légistes, c'est parce que la flèche était à ce point pointue qu'elle a pu traverser le crâne de la victime sans causer trop de dégâts.

Eric n'y croit pas
A partir d'aujourd'hui, Alain et Muriel sont jugés pour tentative d'assassinat devant la cour d'assises de Bruxelles.

Mais l'amour d'Eric pour Muriel demeure intact. Il ne peut admettre que sa compagne ait tenté de l'assassiner. Elle a certainement dû être entrainée dans ce projet par son amant.

Et certains d'ailleurs soulignent que le compagnon malheureux vient de changer d'avocats "pour en prendre des moins bons qui ne risquent pas de faire condamner Muriel à une peine trop lourde".

(B. Adnet)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK