Assises du Hainaut: l'avocat général dénonce "la dictature budgétaire" imposée par le pouvoir politique

Les Cours de Justice de Mons où se tient actuellement à la Cour d'Assises le procès de Jeffrey Miermont et d'Ambre Gravensteyn
Les Cours de Justice de Mons où se tient actuellement à la Cour d'Assises le procès de Jeffrey Miermont et d'Ambre Gravensteyn - © Vincent Clérin

La Cour d'Assises du Hainaut a entendu plusieurs experts, mardi matin, dans le cadre du procès de Jeffrey Miermont et d'Ambre Gravensteyn, accusés d'avoir commis un vol avec violence entre le 30 novembre et le 5 décembre 2014 à Marcinelle, avec la circonstance aggravante qu'un homicide a été commis sur la personne de Bernard Deswijsen. Les experts ont dû limiter leurs devoirs en raison des frais d'enquête.

L'avocat général, Marc De Brackeleer en a profité pour pousser un coup de gueule sur le monde politique et particulièrement sur sa politique budgétaire en matière de justice. "On voudrait tous avoir des expertises supplémentaires mais on doit faire des économies dans les enquêtes. A l'avenir, nous allons être de plus en plus confrontés à ce problème en raison d'une dictature budgétaire. Les chefs de corps disposeront d'une enveloppe fermée et il faudra faire des choix. Dès lors, nous allons tous être confrontés à des trous dans des enquêtes dont nous ne sommes pas responsables".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK