Assassinat du châtelain de Wingene: protection policière pour des magistrats et enquêteurs après des menaces de mort

Les accusés Andre Gyselbrecht et Evert de Clercq durant leur procès en appel en mars dernier.
Les accusés Andre Gyselbrecht et Evert de Clercq durant leur procès en appel en mars dernier. - © KURT DEPSLENTER - BELGA

Plusieurs personnes ont été menacées par l'entourage d'Evert De Clercq, condamné en appel à 20 ans de prison dans le cadre de l'assassinat de Stijn Saelens, le châtelain de Wingene. Des magistrats et enquêteurs ont été placés sous protection policière, écrit samedi le Krant van West-Vlaanderen. Le parquet général de Gand confirme que des mesures ont été prises depuis l'arrêt de la cour d'appel rendu lundi, sans toutefois donner plus de détails quant à leur contenu.

La cour d'appel de Gand a réduit lundi les peines de trois condamnés pour l'assassinat de Stijn Saelens, abattu le 31 janvier 2012 dans son château de Wingene (Flandre occidentale). André Gyselbrecht, Pierre Serry et Evert de Clercq, auparavant condamnés à 27, 21 et 27 ans de prison, ont respectivement écopé lundi de 21, 19 et 20 ans d'emprisonnement. Le quatrième condamné, Franciscus Larmit, a, lui, vu sa peine de 15 ans de prison maintenue.

Depuis les plaidoiries en appel, un combi de police passe toutes les heures

Les menaces sont par contre antérieures à l'arrêt. "Depuis les plaidoiries en appel, un combi de police passe toutes les heures devant les habitations des avocats de Larmit, qui fut le premier à tenir des déclarations qui incriminent Evert De Clercq", affirme le journal.

Le président de la cour d'appel et l'inspecteur principal de la police fédérale de Gand auraient également été menacés, selon la même source.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK