Arrestation de deux individus ayant prêté allégeance au groupe terroriste État islamique

Deux mineurs d’âge ont été arrêtés samedi dernier pour des faits de suspicion de tentative d’assassinat terroriste et de participation à une organisation terroriste, indique le parquet fédéral, confirmant une information de la RTBF. Deux perquisitions ont eu lieu respectivement à Eupen et à La Calamine dans le cadre d’un dossier du parquet du Procureur du Roi d’Eupen. Dans son communiqué, le parquet fédéral précise que les deux mineurs, âgés de 16 et 17 ans, ont été déférés devant le juge d’instruction et le juge de la jeunesse. Ils ont été placés en institution de protection de la jeunesse.

Selon des éléments recueillis à plusieurs sources par la RTBF, mais que le parquet ne souhaite pas confirmer, les deux jeunes hommes avaient enregistré une vidéo d’allégeance à l’organisation Etat islamique. Ils sont suspectés d’avoir projeté une agression à l’arme blanche contre des policiers.

Le dossier a donné lieu à une collaboration décrite comme "intense" entre les autorités judiciaires et plusieurs services, dont la police, la sûreté de l’État ou encore l’OCAM.

Le niveau d'alerte terroriste est maintenu à 2 en Belgique

Les arrestations sont intervenues avant l’attentat perpétré lundi soir à Vienne par sympathisant du groupe terroriste. Ces événements, qui n’ont aucun lien entre eux, faisaient partie des sujets abordés ce mercredi lors d’une réunion du comité stratégique du renseignement et de la sécurité réunissant les principaux ministres du gouvernement et les services de sécurités pour examiner si des mesures supplémentaires ne devaient pas être prises en Belgique.

L’Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace (OCAM) maintient le niveau de la menace terroriste à 2 sur une échelle de 4 pour l’ensemble du pays. Le niveau 2, soit "moyen", "signifie une menace peu vraisemblable mais pas inexistante", souligne l’OCAM. L’opération rapide et coordonnée qui a conduit à maîtriser des individus suspects ce week-end le démontre.


►►► À lire aussi : France : 29 personnes en garde à vue pour financement du terrorisme en Syrie


Alors que l’Europe a de nouveau été frappée par plusieurs attentats islamistes, le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, indiquait ce mardi à nos confrères de la VRT qu’on constatait "une plus grande activité sur les réseaux sociaux de la part d’extrémistes qui tentent de tirer profit de ce qui s’est passé en France et en Autriche".

L’enquête suit son cours

Au cabinet de la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden, on faisait état d’une vigilance "renforcée", en se refusant à toute autre précision pour des raisons de sécurité.

Après être passé par les niveaux 3 et 4 de menace de 2015 à 2017 suite à l’action policière antiterroriste à Verviers et aux attentats de Paris et Bruxelles, l’OCAM évalue la situation au niveau 2 depuis janvier 2018. Le niveau 3 est toutefois maintenu pour certains lieux sensibles. La situation est suivie de près par tous les services.

Concernant les suspects interpellés ce week-end, l’enquête suit son cours. Le parquet fédéral note que "des mineurs étant en cause, et afin de préserver leur vie privée et leur évolution psychosociale, il n’y aura pas d’autres communications à propos de ce dossier".

Sans s’exprimer sur le fond de l’affaire, les cabinets de Vincent Van Quickenborne (Justice) et Annelies Verlinden (Intérieur), les deux ministres, ont remercié ce jeudi après-midi les services de sécurité et de renseignement ainsi que le parquet, qui ont collaboré sur le dossier, et ont rappelé que le "risque zéro n’existe pas". Pour le reste, "il n’y a pas de raison de paniquer", ni de revoir à la hausse l’évaluation de la menace terroriste, ont-ils ajouté.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK