Après Velib et AutoLib, Paris opte pour Cityscoot, un scoot électrique

Après Velib et AutoLib, Paris opte pour Cityscoot, un scoot électrique
Après Velib et AutoLib, Paris opte pour Cityscoot, un scoot électrique - © STEPHANE DE SAKUTIN - AFP

Le succès des vélos et des voitures partagés à Paris donnent de nouvelles idées : dès ce mois de juin, une trentaine de scooters électriques vont être proposés en libre-service de location. Une phase test de 4 mois qui pourrait aboutir à un déploiement de plus de 1000 de ces scooters dès 2016 dans la capitale française.

Le principe est le même que Velib et AutoLib, à la différence qu'il n'y aura pas de zone de stationnement prédéfinie. Ici, Cityscoot compte mettre à disposition de l'utilisateur une application qui lui permettra d'accéder à une carte sur laquelle seront affichées les scooters disponibles ainsi que leur niveau de batterie.

La réservation se fait ensuite en quelques clics. Pour déverrouiller l'engin un simple code, transmis par sms, suffit. La facturation est prévue au quart d'heure et ne s'arrête qu'au moment où on décide de mettre fin à la location. Il suffit alors de garer le scooter dans n'importe quel parking deux roues.

Pour vous faciliter la vie, la société privée a tout prévu : un casque réglable en taille sous la selle, ainsi qu'un filet d'hygiène pour la tête et un gilet fluorescent.

Ces Cityscoots, fabriqués en Allemagne par Govecs, sont des scooters électriques assimilés 50 cm3. Depuis début 2014, ils ont déjà fait leur preuve dans le quartier de la Défense à Paris où ils offrent, selon scooter-system, une autonomie de 60 à 100 km avec une vitesse maximale de 45 km/h.

Pour ce qui est des tarifs, deux possibilités : un abonnement gratuit ou un abonnement Premium qui offrent quelques avantages. Mais dans les deux cas, 15 minutes de scooter coûte 3 euros.

Notez que pendant cette phase test de 4 mois, seuls 150 personnes pourront en bénéficier. Il suffit pour cela de vous proposer comme "bêta-testeur" sur le site internet de Cityscoot

Reste à savoir si le concept trouvera écho en Belgique.

 

C. Biourge

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK