Après un mois d’ouverture, "positive attitude" dans les cinémas belges

Sept mois de portes closes, de salles plus qu’obscures, et puis, enfin, le 9 juin, une lumière au bout du tunnel. Les salles de cinéma ont rouvert voici un mois, et, pour ce premier bilan, les exploitants sont plutôt optimistes, même si tout reste relatif.

Il est encore difficile d’obtenir des chiffres de fréquentation. La Fédération des cinémas de Belgique ne communiquera qu’à la fin de l’été. Idem pour Kinépolis. Quant à Lo Maghin, responsable promotion de l’asbl Les Grignoux (13 salles de cinémas à Liège et à Namur), elle ne veut pas les donner : “Ce serait trop démoralisant pour nos collègues”.

Mieux qu’en 2020

Laurence Maghin n’est pas négative pour autant. C’est juste qu’avec les mesures Covid, on est encore loin de la fréquentation habituelle, même si les règles (1.50 m entre chaque groupe, et 200 personnes maximum) ont été assouplies début juillet, après 3 semaines d’ouverture (elles diffèrent à présent d’une salle à l’autre, le masque reste obligatoire).

UGC Belgium communique malgré tout de premiers indicateurs. La semaine dernière, les cinémas UGC ont accueilli près de deux fois et demie plus de spectateurs qu’en 2020 (+136%), mais près d’un tiers de personnes en moins (-28%) par rapport à 2019, année non-Covid.

"Les gens veulent revivre"

Cela résume assez bien la situation : les exploitants sont soulagés, la situation est loin d’être aussi catastrophique que lors de la première réouverture, en juillet 2020. Le public n’était alors pas au rendez-vous : “Les gens avaient peur, ils n’osaient pas venir, se souvient Dominique Pescatore, responsable du cinéma Le Stuart à La Louvière. Aujourd’hui, on sent que les gens reviennent, qu’ils veulent revivre. On n’a pas le même vide que l’an dernier.”

La météo et l’Euro n’ont pas aidé

Le démarrage a été plutôt lent : la belle météo et l’Euro de football n’ont évidemment pas aidé. Puis, la pluie et la fin des examens ont donné un petit coup de pouce. “Je suis particulièrement et positivement surpris par la forte proportion du jeune public de retour dans les salles”, précise Bruno Plantin-Carrenard, directeur d’UGC Belgium.

Au Movie Mills, à Malmédy, le manager Charles Gilson souligne le succès du film d’horreur The conjuring : Sous l’emprise du diable qui a attiré beaucoup d’étudiants. “Pierre Lapin 2, Tom & Jerry et Cruella ont bien marché aussi, poursuit-il. On est content, mais on ne remplit pas encore nos salles, même dans les limites de capacité liées aux COVID.”

Deux films d’horreur à succès

Un autre film d’horreur attire les spectateurs en ce moment : Sans un bruit 2. Du côté des Grignoux, on constate que, “comme souvent en période de stress”, les comédies françaises fonctionnent bien (" Adieu les cons ", " Le discours ", " Les deux Alfred "). Parmi les films à succès, UGC note aussi “3 grands films en termes de cinéphilie : Drunk, The Father, et Nomadland.

L’offre est en tout cas particulièrement riche, vu le nombre de films qui n’ont pas pu sortir plus tôt. “On proposera une soixantaine de films sur l’été, c’est énorme !”, précise Lo Maghin des Grignoux. “En temps normal, on fixe notre programmation pour cinq semaines, mais pour le moment, on fonctionne sur quinze jours, et on adapte en fonction de la réponse du public, pour faire de la place aux nouveautés.”

Faire de la place

A Malmédy, Charles Gilson propose moins de séances par film qu’habituellement pour pouvoir en proposer plus. “On avance de semaine en semaine, explique-t-il. On voit comment le marché évolue et on s’adapte, on essaie d’être plus flexible.

De grosses productions devraient encore booster la fréquentation des salles : Black Widow sort ce mercredi, Fast & Furious 9 est attendu la semaine prochaine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK