Votre adresse dispose-t-elle d'une bonne offre de transports en commun ? Faites le test

Après le nutriscore pour la nourriture, place au "mobiscore" pour la mobilité !
Après le nutriscore pour la nourriture, place au "mobiscore" pour la mobilité ! - © Tous droits réservés

Le "mobiscore" est un outil mis au point par une start-up bruxelloise, Stoomlink, et le studio digital Nextmoov. Le principe est simple : en entrant une adresse dans le système, on obtient rapidement un score d’accessibilité entre ce lieu et 10 grandes villes du pays via les transports publics. Un "mobiscore" qui vire rapidement au rouge quand on quitte les grandes agglomérations. La ville de Wavre notamment semble particulièrement mal desservie.

Objectif

Pour les concepteurs de cette application, cet indicateur d’accessibilité manquait réellement en Belgique. "Vous allez sur le https://mobiscore.io/scores, vous tapez votre adresse, nom de la rue et numéro et ensuite vous allez pouvoir chercher toutes les possibilités qu’il y a pour rejoindre d’autres grandes villes", explique Margaux De Ré, cofondatrice de Nextmoov. "Par exemple, vous allez avoir un mobiscore pour la ville de Bruges, pour la ville de Bruxelles, pour la ville de Liège […]. L’idée, c’est de mettre une adresse d’un endroit où on voudrait acheter ou on voudrait faire construire par exemple, et d’un simple coup d’œil on voit si les grands chefs lieux belges sont accessibles ou pas par rapport à cet endroit".

Margaux De Ré précise encore que l’analyse de mobilité a été particulièrement poussée : "Nous avons intégré des données de fréquence des transports en commun. Par exemple, il y a des villages dans lesquels il y a bien des arrêts de bus mais ils sont très mal desservis, la note du mobiscore rendra compte de cette réalité ! ".

A, B, C…

Si un système comparable existe déjà en Flandre avec un degré de mobilité exprimé en pourcentage, le "mobiscore" lui utilise des lettres et cela afin de coller au nutriscore et aux étiquettes énergie. Un changement de couleur qui semble déjà bien assimilé par les consommateurs. Le mobiscore qui vient d’être présenté couvre par ailleurs l’ensemble de la Belgique. Et les concepteurs entendent ne pas s’arrêter là en intégrant d’autres critères, comme la proximité des écoles, etc.

Les + et les -

Le mobiscore révèle notamment que la ville de Wavre dans le Brabant wallon semble particulièrement déconnectée du reste de la Wallonie en matière de transport en commun. Si un Wavrien veut rejoindre Liège ou Namur, il doit souvent passer par d’autres grandes villes, ce qui allonge évidemment son temps de parcours.

Plus globalement, les centres-villes sont plutôt bien desservis mais que dès qu’on s’éloigne un peu, tout devient plus compliqué. Pour Margaux De Ré, ce qui est particulièrement motivant dans ce projet, "c’est qu’on est en train de collaborer. Des citoyens aux institutions publiques en passant par les acteurs du privé, il y a une volonté de repenser notre modèle de déplacement".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK