Après la Lune, l'homme rêve de Mars

RTBF
RTBF - © RTBF

Oui mais voilà la planète rouge n'est pas à coté de la porte, La distance qui la sépare de la Terre varie de 55 à 400 millions de km, c'est dire si la voyage sera long. L'homme pourra-t-il le supporter? Une simulation de vol débute ce jeudi.

Les portes se fermeront vers midi. Six 6 hommes seront alors enfermés pour 520 jours (près d'un an et demi), pour un voyage imaginaire vers Mars , sans doute la planète la plus intéressante du système solaire. Cette simulation est avant tout un test psychologique pour déterminer les effets d'un confinement d'une telle durée. Mais tout de même, être enfermé pendant 520 jours dans 180 m², un loft spatial, il y a de quoi avoir parfois des fourmis dans les jambes. Un Italien, un Français, trois Russes et un Chinois vont tenter cette expérience organisée par l'Agence spatiale européenne et l'Académie des sciences de Russie, une simulation très poussée. Les communications avec la Terre ne se feront pas en direct mais avec le léger différé dû au temps de parcours des communications dans l'espace. Les journées seront coupées entre sommeil, travail et loisirs mais au-delà de l'absence d'air frais, de lumière naturelle, la séparation sera  une source de stress. C'est en tout cas ce que craint le plus Romain, le candidat français.

Les astronautes  simuleront l'exploration de la planète rouge mais ce test  grandeur nature    servira t-il vraiment à quelque chose ?   Ces volontaires ne devront en tout cas pas affronter le bombardement des rayonnements ionisants ou l'apesanteur qui affaiblit le corps humain. Quoi qu'il en soit, les médecins et psychologues qui examineront ces  cobayes d'un voyage immobile auront tout le temps  pour publier leurs conclusions : le premier vol vers Mars n'est pas prévu avant 30 ans.

 

M.S. avec Sophie Brems

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK