Après la crise, les navetteurs parcourront moins de distance grâce au télétravail

Avec la limitation des déplacements non essentiels, le télétravail a le vent en poupe. Acerta s'attend à ce que le Belge s'accroche à cet avantage une fois la crise sanitaire provoquée par le coronavirus derrière lui. Le nombre de kilomètres parcourus par les travailleurs devrait donc logiquement se réduire, avance le groupe de services RH jeudi dans un communiqué.

Le Belge parcourt en moyenne 20,5 kilomètres pour se rendre sur son lieu de travail, indique Acerta. Ce sont les travailleurs de la Région de Bruxelles-Capitale qui parcourent le plus de distance: 59% d'entre eux proviennent d'une autre Région, selon une analyse de la distance moyenne des navettes par région réalisée par Acerta.

Habitude structurelle

En outre, la capitale abrite plusieurs grandes entreprises, pour lesquelles il est plus aisé de mettre en place du télétravail. C'est donc à Bruxelles que se situent les plus grandes possibilités pour le travail à domicile, selon Acerta. Avec le confinement, le télétravail s'est imposé dans moult entreprises et selon le groupe de services RH, l'instauration du travail à domicile devrait rester structurelle.

Il ne s'agira plus de télétravailler tous les jours de la semaine mais l'avantage serait accessible un à deux jours par semaine, selon les prévisions d'Acerta. "Nous prévoyons que le nombre de kilomètres parcourus entre le domicile et le lieu de travail va fortement diminuer en raison des effets positifs du télétravail constatés par les entreprises et les travailleurs. Non pas parce que les gens vont habiter plus près de leur lieu de travail, mais bien parce qu'ils travailleront davantage à domicile", affirme Olivier Marcq, juriste chez Acerta et professeur invité à la KU Leuven.

Acerta base son analyse sur plus d'1,5 million de contrats de travail dans 73.000 entreprises, indique-t-il. La distance entre le domicile et le lieu de travail a été calculée pour des contrats de travail valables au 1er janvier 2005, 2010, 2015 et 2020. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK