Appel aux dons pour l’épouse de Vincent Lambert, les parents soutenus par la fondation Lejeune

Rachel Lambert à Reims en juin 2016
Rachel Lambert à Reims en juin 2016 - © FRANCOIS NASCIMBENI

Un ami de Vincent Lambert lance « un appel national aux dons pour aider son épouse Rachel, qui n’a pas les mêmes moyens financiers que les parents de Vincent Lambert », aidés par la Fondation Lejeune à hauteur d’environ « 100.000 euros » par an.

« Je l’ai eue au téléphone. Elle est effondrée physiquement et psychologiquement », a affirmé mardi à la presse Vincent Caruel, qui a fait l’école d’infirmiers de Laon (Aisne) avec Vincent Lambert, tétraplégique dans un état végétatif après un accident de la route en 2008.

Une cagnotte « Laissons partir Vincent Lambert »

« Le souhait de Vincent n’est pas respecté. Il nous l’avait oralement dit lors des séances de débriefing que nous faisions au retour de nos stages hospitaliers », a-t-il affirmé.

Porte-parole du collectif 55 de soutien à Rachel Lambert, qui dénonce un acharnement thérapeutique, il a lancé un appel pour « payer les avocats de Rachel Lambert pour les procédures passées, présentes et malheureusement futures », peut-on lire sur la cagnotte déjà en ligne « Laissons partir Vincent Lambert ».

« Depuis le début de l’affaire Vincent Lambert, la fondation Jérôme Lejeune a payé quasiment l’intégralité des frais d’avocat des parents de Vincent », a précisé lundi la Fondation Lejeune dans un communiqué dans lequel son président Jean-Marie Le Mené s’insurgeait de « la mise à mort de Vincent Lambert ».

La fondation Lejeune prend en charge « une grosse partie » des frais d’avocat, soit environ « 100.000 euros » annuels des parents de Vincent Lambert, Viviane, 73 ans, et Pierre, 90 ans, ancien médecin gynécologue, proches de longue date de son président Jean-Marie Le Mené, a indiqué à l’AFP cette fondation opposée à l’IVG et à l’euthanasie.

Drame familial devenu bataille judiciaire, la question de l’arrêt des traitements prodigués à Vincent Lambert, a connu un nouveau rebondissement lundi : la cour d’appel de Paris, saisie par les parents opposés à l’arrêt des traitements commencé le matin, a ordonné dans la soirée leur reprise, effective mardi matin.

Journal télévisé 21‎/‎05‎/‎2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK