Appel au viol raciste: après la ministre italienne, Rokhaya Diallo est visée

Appel au viol raciste: après la ministre italienne, une militante anti-racisme
2 images
Appel au viol raciste: après la ministre italienne, une militante anti-racisme - © France 3/YouTube

Durant la nuit de vendredi à samedi, l’auteure et activiste anti-racisme Rokhaya Diallo a été victime d'un appel au viol de la part d'un internaute qui s'exprimait sur Twitter. Ces menaces surviennent au surlendemain d'un appel similaire lancé par une élue de la Ligue du Nord à l'encontre de la ministre italienne de l'intégration. La citoyenne française nous a fait part de son intention de ne pas laisser cet incident sans suite. "Je vais porter plainte. D'habitude, je ne réagis pas aux insultes mais on ne peut pas laisser ce genre d'appel au crime sexuel sans suite", nous a-t-elle confié par téléphone.

Rokhaya Diallo est française, née de parents sénégalais et gambien. Fatiguée des remarques sur ses origines, elle fonde l'association Les Indivisibles en 2006 et s'engage contre le racisme et le sexisme, ou encore pour les droits des homosexuels. Elle devient chroniqueuse en radio et en télévision, sur Canal+ et RTL notamment.

Mais les opinions de l'auteure de "Racisme, mode d'emploi" ne plaisent pas à tout le monde en France. Les insultes sont pour elle un mal ordinaire. Jusqu'à ce qu'elles dépassent les bornes, cette nuit, alors qu'un internaute a appelé au viol à son encontre.  

"Je reçois énormément d'injures racistes par mail ou sur les réseaux sociaux, c'est malheureusement habituel", nous explique-t-elle lors d'un entretien par téléphone. "Il y a même eu des précédents appels à des crimes sexuels contre moi puisqu'un groupe Facebook avait été créé qui appelait à m'exciser (l'excision est une ablation du clitoris, ndlr)".   

C’est la jeune femme elle-même qui a dénoncé ces nouvelles menaces via son compte Twitter. 

Précisons que si @flnm93 mentionne @iVerger, cette dernière nie absolument tout lien avec l'auteur du tweet et dément fermement toute implication.

Rokhaya Diallo : "Je vais porter plainte, cela ne doit pas rester impuni"

"D'habitude, je ne donne pas suite à toutes ces insultes mais là, c'est plus grave. Il y a un appel au crime", fait remarquer l'intéressée. "J'ai donc décidé de porter plainte. Je ne veux pas laisser croire à certains qu'ils peuvent tout se permettre sous prétexte qu'ils sont derrière un clavier. Que ce soit sur les forums de commentaires, sur Facebook ou sur Twitter", poursuit-elle. "Je veux que cela serve d'exemple. Nous vivons dans un Etat de droit et les lois s'appliquent à tous. Or cet appel est illégal dans le droit français", affirme Rokhaya Diallo.

Cette dernière a tout de suite obtenu le soutien de nombreux membres de son réseau virtuel. Plusieurs d'entre eux se sont dit choqués. 

 

Le compte de l'internaute incriminé pour ces propos a été bloqué sur Twitter et n'est plus accessible. 

Mais les appels de ce genre posent question alors qu'ils se multiplient via les réseaux sociaux.

"Les appels haineux et racistes sont devenus extrêmement banals. Le discours raciste et xénophobe est actuellement totalement décomplexé sur la Toile", déplore Rokhaya Diallo. C'est d'ailleurs une des raisons qui motive son action, car ces attaques à répétition sont, dit-elle, les illustrations d'un climat général extrêmement tendu en France.

En attestent les commentaires haineux et ouvertement racistes qui accompagnent par exemple la récente interview de la militante pour Yahoo.fr. "Nous les européens (sic) n'étions pas racistes, mais nous le sommes devenus depuis que tous ces descendants d'immigrés africains on (sic) commencé à nous manquer de respect avec l'aval des gouvernements", y justifie par exemple Texeira.

Suite au débat à couteaux tirés, émaillé de maintes violences, sur le mariage pour tous et à la mort d'un jeune militant antifasciste battu à mort par un militant d'extrême droite, les tensions semblent inhabituellement exacerbées dans l'Hexagone.  

Mais la France n'est pas un cas isolé. Jeudi, une élue locale du parti anti-immigrés et régionaliste de la Ligue du Nord italienne, Dolorès Valangro, avait déjà créé le scandale en appelant à violer la ministre italienne de l'Intégration, Cécile Kyenge, Italo-Congolaise. L’élue a été expulsée de La Ligue pour son appel criminel.

Julien Vlassenbroek (@julienvlass) avec A. Dg. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK