Anvers: trente pavés de la mémoire en souvenir des victimes du nazisme

Un des pavés de la mémoire placés ce matin
Un des pavés de la mémoire placés ce matin - © TIJS VANDERSTAPPEN - BELGA

Trente pavés de la mémoire ont été placés mardi à Anvers en souvenir des victimes du régime nazi pendant la Seconde Guerre mondiale. L'artiste allemand Gunter Demnig, qui a créé ces pavés, les a posés lui-même à des endroits où des victimes ont vécu par le passé. Après des années de discussions autour de la pose de ces pierres à Anvers, notamment au sein de la communauté juive, la ville a finalement donné son feu vert l'an dernier au projet, soutenu par l'Association pour la mémoire de la Shoah (AMS), après avis scientifique.

Les pavés de la mémoire sont des pierres carrées dorées de dix centimètres de large, avec le nom de la victime et une brève description de la persécution dont elle a fait l'objet durant la Seconde Guerre mondiale.

On dénombre quelque 70.000 pierres de ce type à travers l'Europe. Anvers était l'une des dernières villes où elles n'avaient pas encore été officiellement admises - bien que certaines "clandestines" aient déjà été placées -, notamment parce que la communauté juive elle-même était très divisée sur le sujet. Certaines organisations juives trouvent ces carrés dorés irrespectueux parce que des gens les piétinent.

"Nous sommes heureux de maintenant avoir l'autorisation officielle de placer des pierres aussi à Anvers", souligne Michel Lussan de l'AMS. "Nous sommes maintenant à quelque 600 unités en Belgique."

Les victimes honorées sont principalement des Juifs qui ont péri dans des camps de concentration ou des résistants décédés.

Des autorités belges ont été impliquées dans les persécutions et la déportations des Juifs de Belgique au cours de la Seconde guerre mondiale. C'est le cas à Anvers 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK