#anti2010 : la nouvelle insulte à la mode sur les réseaux sociaux et dans les cours de récré en France arrive en Belgique

#anti2010, #anti2010cancer, #anti2010nuls…

Voilà la nouvelle insulte suprême sur les réseaux sociaux et dans les cours de récréation. Elle vise donc, a priori, les élèves nés en 2010. N’essayez pas de comprendre, ça n’a aucun sens, mais ça n’empêche pas de décoder le phénomène.

En France, le ministre de l'Education nationale a réagi

En France, il a pris une telle ampleur que le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, s’est exprimé sur la question, dans un tweet.

Le hashtag est populaire sur TikTok, il comptabilisait plus de 40 millions de vues. Le réseau social a désormais supprimé le hashtag #anti2010, indique BFMTV, mais ses variantes continuent à exister.

@peppapignonofficiel #jaimepasles2010cancer ♬ Ching Cheng Hanji - Memegod

Un phénomène classique d'opposition intergénérationnel

Les vidéos marquées de ces hashtags critiquent, de manière plus ou moins acerbe ou menaçante, les enfants nés en 2010.

C’est un phénomène classique d’opposition intergénérationnel, avec des plus grands qui, pour une raison ou une autre, considèrent que ceux qui ont deux, trois ans de moins sont des bébés”, explique David Plisnier, fondateur du service SOPHIA, spécialisé dans la prévention et la gestion des situations de harcèlement.

A l'origine : une vidéo Youtube et des gamers de Fortnite

Mais pourquoi diable viser précisément les enfants nés en 2010 ? “Il semble que tout soit parti d’une vidéo Youtube de deux jeunes filles qui chantent et dansent comme des ados et disent ‘on est les queens de 2010’. Elle compte un nombre de dislikes (je n’aime pas) impressionnant.

400.000 pouces vers le bas, en effet, pour une chanson qui vante le “pop-it” ce jouet devenu populaire.

Il semble également que les enfants nés en 2010 soient peu appréciés de leurs aînés au sein du jeu Fortnite, comme en atteste la vidéo TikTok ci-dessous. 

Les plus grands régulent les parties. On a des gameurs qui décident de donner des leçons, et c’est comme ça que s’est créée cette réputation ‘année 2010 = cancer’”, explique Yasmine Buono, de Net Respect, sur France Inter.

@ramdom__vid

#duo avec @utilise.un.bescherelle #tac2010 #cancer2010 partager il faut que ça se partage

♬ Browser History OST - Jai P.

Et en Belgique ?

David Plisnier gère un dossier de harcèlement scolaire qui implique, notamment, des insultes de ce type. Un enfant qui vient d’arriver dans une nouvelle école et est victime d’agression verbale à répétition.

C’est difficile à comprendre en tant qu’adulte, concède-t-il, mais, d’après ce que me disent les jeunes, ‘2010’ est devenu une insulte très humiliante. C’est difficile de trouver un synonyme, c’est ‘bébé’, de ‘petit’ mais de manière beaucoup plus trash.

C’est difficile à comprendre en tant qu’adulte mais, d’après ce que me disent les jeunes, ‘2010’ est devenu une insulte très humiliante.

C’est un peu comme dans les années 90, quand ‘Kevin’ était devenu une injure, pour traiter de cas social, ou de gamin”, ajoute encore le fondateur de Sophia.

L’injure serait répandue dans certaines écoles, mais pas dans toutes. Il y a une différence majeure avec la France, qui fait qu’elle ne prend pas, en tout cas jusqu’ici, la même ampleur: Outre-Quiévrain, les enfants nés en 2010 commencent le collège cette année, ils sont les plus petits de leur cour de récré.

En Belgique, par contre, les élèves de 11 ans sont les plus grands de leur cour de primaire. Reste donc à espérer que le phénomène soit passé de mode quand ils entreront en humanité...

Que faire ?

Si votre enfant ne vous en parle pas, il ne faut pas spécialement aborder le sujet, conseille David Plisnier : “En en parlant on risque d’induire le phénomène. En Belgique, il y a encore beaucoup d’écoles où on n’en a pas entendu parler. Par contre, si votre enfant vous en parle, évidemment il faut pouvoir en discuter. Et si ça se répète, en informer l’école pour qu’elle puisse mettre des choses en place pour éviter que ça ne prenne de l’ampleur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK