Annuler l'Euro 2016? Un scénario impensable pour les autorités françaises

Attentats, mouvement de foule ou encore émeutes: la France ne laisse rien au hasard. Depuis plusieurs mois, tous les scénarios d'attaques sont envisagés et des exercices de simulation ont été mis en place. Pendant l'Euro, c'est l'ensemble des forces de police qui sera mobilisée. Au total, il y aura 42 000 policiers, 30 000 gendarmes et 10 000 militaires sur le terrain.

Dans deux semaines, deux millions et demi de supporters seront présents dans les dix stades de la compétition. Si pour les footballeurs l'enjeu est sportif, pour le gouvernement, la priorité c'est la sécurité. Dans un contexte de menace terroriste permanente.

" C’est un événement international. Tous les pays d’Europe seront présents et je peux vous dire que les terroristes n’attendent que cela pour commettre un attentat " explique Rocco Contento, secrétaire départemental du syndicat Unité Police FO.  

Pour Ziad Khoury, Directeur de la sûreté et de la sécurité d’Euro 2016 : "Toutes nos sociétés doivent se mettre en position de lutter contre ce risque terroriste. Et lutter contre le terrorisme, cela ne doit pas dire que l’on doit abdiquer nos valeurs, ni nos projets."

Annuler l'Euro 2016?

Autre point sensible, les fans zones: ces lieux de rassemblements pour les supporters sans tickets. Le Ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, insiste sur la sécurisation de ces espaces fermés: "Les fan zones seront des sites nécessairement clos qui bénéficieront d’une vidéo-protection. Et dont les accès seront contrôlés de telle sorte que tous les spectateurs y entrant fassent préalablement l’objet de palpation de sécurité. Et d’une inspection visuelle des effets transportés."

La France est en état d'urgence mais à côté des menaces d'attentats, elle est en proie à plusieurs conflits sociaux. De quoi annuler l'Euro de football? Impensable pour le gouvernement. "Annuler l’Euro 2016 ? Il n’en a jamais été question ", explique Pierre-Henry Brandet, le porte-parole du ministère de l’intérieur. Il poursuit :"Tout ce qui pouvait être étudié pour mettre en place une sécurisation des plus efficaces a été mis sur la table. Mais il a toujours été question que le coup d'envoi soit donné le 10 juin et ça, ça n'a jamais varié."

A 14 jours du coup d'envoi, la France se dit prête. Elle dépense des millions d'euros pour sa sécurité pour faire de la compétition, un véritable succès.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK