Entre Berlin et Milan, Anis Amri est-il passé par Bruxelles?

Anis Amri, l'auteur présumé de l'attentat contre le marché de Noël de Berlin a vraisemblablement traversé la Belgique de part en part pour rejoindre Lyon puis Chambéry et Milan, où il finalement été abattu par la police italienne. C'est ce qui ressort de nouveaux éléments de l'enquête révélés en France ce mercredi matin. Le terroriste en fuite a utilisé les bus de la compagnie Flexibus pour relier Amsterdam à Paris avant de poursuivre vers Lyon.

Quel itinéraire a-t-il utilisé précisément ?  Selon les informations recueillies par la RTBF les policiers belges étudient plusieurs scénarios, et des images de caméras de vidéo-surveillance sont en cours d'analyse. L'une des hypothèses implique un passage par Bruxelles avec un changement d'autocar à la gare routière située aux abords de la gare du Nord, desservie par la compagnie Flixbus. Le mercredi 21 décembre, Anis Amri aurait pu s'y arrêter, pour prendre un autre bus, direction Paris.

Ce n'est qu'une hypothèse à ce stade. Il aurait aussi pu emprunter une ligne de la même compagnie qui passe par les villes d'Anvers et de Gand, jusqu'à Paris, mais cette fois sans s'arrêter.

L'utilisation d'une compagnie d'autocar rappelle le périple de Medhi Nemmouche, qui avait lui aussi choisi ce moyen de transport après la tuerie du musée juif de Bruxelles. Anis Amri aurait ainsi pu franchir les frontières des Pays-Bas, de la Belgique, de la France et  de l'Italie, des États tous membres de l'espace Schengen, où la libre circulation des personnes est en vigueur.

Le règlement Schengen prévoit qu'un pays peut décider de rétablir des contrôles, dans des circonstances exceptionnelles, comme après un attentat. La France l'a fait après le 13 novembre. L'Allemagne aussi. Mais cela n'a donc pas permis d'arrêter Anis Amri avant son arrivée à Milan, le 23 décembre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK