Anémone: "Salut les mecs!"

Anémone : "Salut les mecs!"
Anémone : "Salut les mecs!" - © GEORGES BENDRIHEM - AFP

Une opinion de notre journaliste Maïté Warland

Elle aurait pu être notre grande tante un peu allumée auprès de laquelle on adorait s'installer lors des réunions de famille, parce qu'Anémone, elle parlait vrai. 

Née actrice, disait-elle, elle ne voulait pas de la vie rangée de ses parents "médecins de gauche", elle préférait la vie de saltimbanque "plus marrante" à vivre. 


►►► A lire aussi: L'actrice Anémone est décédée


Anémone, ce sont des rôles, celui de Thérèse dans "Le père Noël est une ordure" notamment... Mais c'était aussi une femme incroyable: militante, écologiste et surtout grande gueule au coeur tendre. 

L'actrice n'a jamais eu sa langue en poche . Dès le départ, elle critique beaucoup le milieu du cinéma : "Cannes, c'est le Salon de l'Agriculture. En beaucoup moins chaleureux". Elle se rêvait actrice, mais elle vivra mal son statut:  "Je me suis retrouvée vedette, je ne m'attendais pas du tout à ça, je me retrouve marchande, au milieu des requins de la finance, de la pub.... Pas mon univers, moi ça ne me plait pas tout ça", disait-elle. 

Si c'était à refaire, je ne le referai pas

La maternité était aussi un sujet délicat pour elle qui ne voulait pas d'enfants. Elle en aura tout de même deux et ses sorties dans la presse à ce sujet ne sont pas passées inaperçues. Au magazine Gala, elle expliquera: "A 22 ans, je voulais me faire ligaturer les trompes. Je me suis dégonflée. Mais j'ai regretté toute ma vie d'avoir des gosses (...). Quand vous en avez, vous dites adieu à votre vie, à votre personne, à tout !" Ses déclarations ne passent pas inaperçues, les bien-pensants s'indignent. 

Mauvaise mère Anémone? Pas du tout : "Quand je les ai en face de moi, je ne peux pas les regarder en me disant que je les regrette, cela n'a pas de sens, mais je regrette d'avoir été mère", explique-t-elle en 2013 au Nouvel Obs.

Une longueur d'avance

Anémone était une écologiste avant l'heure. Militante active, en 2002, elle est suppléante pour les Verts aux élections législatives. Membre de l'association altermondialiste ATTAC aussi... Elle participe également à l'arrachage de champs de soja OGM aux côtés de José Bové. 

Pour les femmes aussi, Anémone est en avance. Bien avant #MeToo, elle balance au Soir en 2005 : “Si l’économie politique était aux mains des femmes, ça irait beaucoup mieux. Les hommes n’ont pas le cerveau pour ça. La gestion de l’espace, ils peuvent. Mais pour le reste, ils nous mènent au désastre.”

Salut les mecs

Anémone avait pris sa retraite en 2017 et n'avait accordé que peu d'interviews depuis. Mais quand elle le faisait, c'était pour faire un bilan, pas très glorieux, de ce qu'était devenu notre monde aujourd'hui. Certains la disaient aigrie, d'autres estimaient qu'elle était égale à elle-même: sincère et spontanée. 

Personnellement, je préfère me rappeler ce soir de 1988, lorsqu'elle reçoit un César pour son rôle de Marcelle dans "Le Grand Chemin", réalisé par Jean-Loup Hubert. Anémone déboule sur scène en costume de révolutionnaire, fait la bise à Jane Birkin, dit face caméra à Richard Anconina qu'elle l'aime et puis sort de scène, sans son précieux César en lâchant un lunaire : "Bonne Nouvelle ère du Verseau. Vous savez, on vient d'entrer dans l'ère du Verseau. Salut les mecs!"

Alors Anémone, je ne sais pas si nous sommes dans l'ère du Verseau aujourd'hui... Mais je te dis Salut, et merci pour tout. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK