Anders Breivik n'est peut-être pas aussi sain d'esprit qu'il le voudrait

La contre-expertise déclarant Breivik sain d'esprit affaiblie
La contre-expertise déclarant Breivik sain d'esprit affaiblie - © Belga

La ligne de défense d'Anders Behring Breivik, qui veut être reconnu pénalement responsable du massacre de 77 personnes l'an dernier, a subi un revers vendredi quand un important organisme officiel a exprimé des objections sur une évaluation qui le déclarait sain d'esprit.

Alors que sa santé mentale est au cœur de son procès, Breivik a été déclaré psychotique et donc pénalement irresponsable par une première expertise psychiatrique, laquelle a ensuite été contredite par une contre-expertise qui l'a jugé suffisamment sain d'esprit pour répondre de ses actes pénalement. Censée valider qualitativement les évaluations psychiatriques officielles, la commission médico-légale avait entériné la première expertise officielle de l'extrémiste de droite sans "objection importante".

Mais la même commission a encore deux "objections majeures" à l'égard de la contre-expertise malgré le complément d'informations qui avait été demandé à ses auteurs, ressort-il d'une lettre, très technique, publiée vendredi. Selon les juristes, une telle conclusion signifie que la contre-expertise n'est ni approuvée ni rejetée. Dans sa lettre, la commission précise que "les questions posées aux experts-psychiatres (...) ne portent pas sur leur conclusion en soi" mais sur les fondements qui ont conduit à une telle conclusion.

Le 22 juillet 2011, Breivik avait tué 69 personnes, dont une majorité d'adolescents, en ouvrant le feu sur un camp d'été du Mouvement de la Jeunesse travailliste sur l'île d'Utoeya, juste après avoir fait huit autres victimes avec un attentat à la bombe visant le siège du gouvernement à Oslo. S'il est reconnu pénalement irresponsable, il risque l'internement psychiatrique, potentiellement à vie. Responsable, il encourt 21 ans de prison, une peine qui pourrait être prolongée aussi longtemps qu'il sera jugé dangereux.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK