Anders Breivik: "L'objectif primaire était de tuer tout le gouvernement norvégien"

Procès Breivik: l'accusé explique s'être préparé au carnage dès 2006 avec des jeux vidéo
2 images
Procès Breivik: l'accusé explique s'être préparé au carnage dès 2006 avec des jeux vidéo - © Tous droits réservés

Anders Behring Breivik voulait tuer l'ensemble du gouvernement norvégien en plaçant une bombe de près d'une tonne dans le quartier des ministères. Il a aussi révélé que son objectif initial était de perpétrer trois attentats à la bombe suivis d'une fusillade et a expliqué s'être préparé à son carnage dès 2006 en consacrant une année entière à des jeux vidéo.

Pour la quatrième journée de son procès, Breivik a renoncé à faire son salut extrémiste --bras droit tendu, poing fermé-- qui provoquait survivants et proches des victimes.

"L'objectif primaire était de tuer tout le gouvernement norvégien, y compris le Premier ministre", a déclaré l'extrémiste de droite au quatrième jour de son procès.

Le 22 juillet 2011, Breivik avait garé une camionnette bourrée de 950 kg d'explosifs au pied de la tour de 17 étages abritant notamment le siège du Premier ministre travailliste, Jens Stoltenberg, alors absent.

L'explosion avait fait huit victimes parmi les employés et les passants.

Cette tour est "la cible politique fixe la plus attractive en Norvège", d'autant qu'"il n'y a aucune boutique, aucun café ni civils dans les parages", a-t-il expliqué.

Ayant appris à la radio que la tour ne s'était pas effondrée et que seule une victime avait alors été rapportée, Breivik dit avoir considéré que l'opération était "un fiasco".

L'extrémiste de droite aujourd'hui âgé de 33 ans s'est ensuite rendu sur l'île d'Utoeya, où il a ouvert le feu contre des centaines de jeunes travaillistes réunis sur place en camp d'été, faisant 69 victimes dans leurs rangs.

Anders Breivik dit avoir planifié trois attentats à la bombe et une fusillade

"Le plan, c'était trois voitures piégées suivies d'une fusillade", a déclaré Breivik au quatrième jour de son procès.

Interrogé par l'accusation, l'extrémiste de droite a expliqué qu'il comptait placer deux bombes d'une tonne chacune, l'une dans le quartier des ministères --comme il l'a fait le 22 juillet 2011-- et l'autre près du siège du parti travailliste. Il envisageait aussi de déposer une bombe de 500 kg près d'une troisième cible "très incertaine", évoquant une tour abritant le journal norvégien Aftenposten, le Parlement, l'Hôtel de ville d'Oslo ou encore le Palais royal.

S'il avait survécu à ces attaques, ce qu'il jugeait très improbable, il comptait aussi perpétrer une fusillade contre les occupants d'un squat célèbre d'Oslo --Blitz--, le journal Dagsavisen et le parti de la Gauche socialiste, dont les bâtiments sont géographiquement proches. 

Anders Breivik s'est préparé au carnage dès 2006 avec des jeux vidéo

De retour dans le box des témoins, il a répondu aux questions de l'accusation portant sur l'année 2006, quand il est retourné vivre chez sa mère à l'âge de 27 ans, s'isolant socialement et jouant à World of Warcraft jusqu'à 16 ou 17 heures par jour.

"Certains rêvent de faire le tour du monde à la voile, certains rêvent de jouer au golf et moi, je rêvais de jouer à World of Warcraft", a dit l'extrémiste de droite.

Dès cette période, a-t-il expliqué, il savait qu'il exécuterait ultérieurement une "opération-suicide". Il a également dit plusieurs fois qu'il ne pensait pas survivre à ses attaques du 22 juillet 2011 et qu'il ne voulait pas mourir sans avoir réalisé "le rêve de toute une vie".

Une sympathisante allemande de l'accusé empêchée d'entrer au tribunal

La jeune femme, dont l'identité n'est pas révélée, n'a pas pu passer les contrôles de sécurité à l'entrée du tribunal.

Après 24 heures en détention, elle a été reconduite à l'aéroport mardi et renvoyée en Allemagne, a indiqué l'officier de police Jan Kvarme à la chaîne de télévision TV2.

La personne en question, interviewée par TV2 alors qu'elle faisait la queue devant le palais de justice lundi --sans badge d'accréditation contrairement à la plupart des gens autour d'elle--, a indiqué avoir promis à Breivik d'assister à son procès pendant deux semaines.

Interrogée par la chaîne pour savoir si elle avait échangé des lettres avec l'accusé, elle avait confirmé en hochant la tête. Elle a indiqué à TV2 être arrivée à Oslo la veille (dimanche) et être de Stuttgart.

"Au moment de passer les contrôles, il est apparu qu'elle voulait entrer et voir Breivik. Après avoir effectué des vérification avec des autorités étrangères, nous avons reçu la confirmation que cette femme avait été condamnée à plusieurs reprises pour troubles à l'ordre public dans son pays", a précisé M. Kvarme.

"Il a été dit qu'elle avait affirmé être la petite amie mais nous ne pouvons pas spéculer sur ce point. Nous n'avons aucune information laissant penser qu'elle est bien sa petite amie", a insisté l'officier de police.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK