Ampoules LED, vélo électrique ou alimentation bio… Les éco-chèques, une incitation à la consommation verte ?

Ces derniers temps, les personnes qui peuvent en bénéficier ont reçu des éco-chèques, un avantage extra-légal censé inciter une consommation plus verte et engendrer de nouveaux comportements. Mais ces éco-chèques sont souvent jugés comme étant difficiles à écouler et pointés du doigt car ils ne seraient pas toujours utilisés pour des achats écologiques. La faute, à la souplesse de certains magasins.

Malgré tout, l’an dernier 1.850.000 travailleurs ont reçu des éco-chèques d’une valeur moyenne de 150 euros chacun, ce qui représente 275 millions d’euros.

Eco-chèque : le mal-aimé

Les eco-chèques sont des avantages extra-légaux offerts par l’entreprise sur lesquels ni les employeurs, ni les travailleurs ne payent d’impôts. Mais ils sont souvent pointés du doigt parce qu’ils ne sont pas si simples à utiliser. D’ailleurs, le gouvernement a plusieurs fois envisagé de supprimer ces éco-chèques. En effet, les bénéficiaires ne savent pas toujours où les dépenser, donc ils restent souvent au fond des tiroirs, coûteux en commissions qu’il faut payer aux sociétés qui gèrent ce système, des sociétés comme Sodexo, Edenred ou Monizze.

Pourtant, certaines améliorations ont été apportées. Ils sont de plus en plus digitalisés et il y a eu des simplifications dans la liste des produits qui est de plus en plus lisible.

A chacun son produit

Il existe des disparités entre les régions dans la façon de les utiliser. Olivier Bouquet, le président de VIA, l’association des sociétés émettrices de chèques, explique que "les Wallons ont plutôt tendance à se tourner vers l’électroménager. Les Bruxellois sont eux un peu plus attachés à utiliser leurs éco-chèques pour se rendre dans des magasins de bricolage ou acheter de l’alimentation bio. Et les Flamands, eux, préfèrent utiliser leurs éco-chèques afin de leur permettre d’alléger la facture pour l’octroi d’un vélo électrique par exemple".

Mais le champion toutes catégories des produits achetés grâce à des éco-chèques, ce sont les ampoules LED.

Une consommation pas toujours verte ?

Mais, comme nous le disions, l’utilisation des éco-chèques n’est pas toujours employée pour des produits écologiques.

Les eco-chèques sont-ils vraiment écologiques ?

En effet, certains magasins sont très souples dans l’acceptation de ces chèques, on peut acheter à peu près tout et n’importe quoi avec, y compris des choses plus vraiment durables. Et même si ces sociétés émettrices promettent que la vis a été resserrée, que ce n’est plus comme avant.


►►► Lire aussi : comment et où dépenser vos éco-chèques ?


Toutefois, selon le bureau d’études d’indépendant CO2logic, qui a essayé d’objectiver les choses et qui a calculé que les achats en éco-chèques ont permis d’éviter l’émission d’entre 130.000 et 300.000 tonnes de CO2 par an.

Par ailleurs, selon Olivier Bouquet, ces éco-chèques permettent également d’induire de nouveaux comportements de consommation. "Dès que vous avez fait un achat plus écologique avec vos éco-chèques, ça devient un comportement beaucoup plus récurrent. Ce n’est donc pas seulement un changement de comportement ponctuel, une fois pour dépenser les 250 euros de pouvoir d’achat qui ont été obtenus, mais c’est un changement de comportement durable et répétitif qui est engagé", dit-il.

Prime wallonne pour l'achat d'un vélo électrique (reportage du JT du 11 juin 2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK